Découvrir « Écumes sphérologie plurielle »

Lecture présentée par Suzel Balez – 23 février 2021

Peter Sloterdijk, Écumes sphérologie plurielle -Sphères III, Hachette Littératures, 2006. 791 p.

Mots-clés :
explicitation et tonalités profondes ; îles atmosphériques ; hyper-conditionnement ; gâterie

Argument principal

Peter Sloterdijk présente « Écumes » le dernier volet de sa Trilogie des sphères, comme un projet global de « critique de la raison spatiale ». Il s’intéresse à l’atmosphère, à l’air respiré et au climat comme questions essentielles, non seulement pour la philosophie mais aussi pour la politique et l’esthétique.

L’introduction est intitulée « tremblement d’air » et est plus particulièrement consacrée au climat. Sloterdijk y montre comment des procédures atmoterroristes à partir de 1915 au gaz comme instrument génocidaire pendant la seconde guerre mondiale émergent la question du conditionnement de l’air (Air conditioning). Avant l’atmoterrorisme, la relation avec l’atmosphère était non questionnée, donnée et prévisible. L’être-dans-le-monde humain devient, à partir de là, un être-dans-l’air ou être-dans-le-respirable. « Sous l’égide de la menace » qui se renforce encore par la suite avec l’avènement nucléaire, l’air et plus globalement l’environnement deviennent des sujets de préoccupation.

Les 3 « chapitres » de l’ouvrage développent ensuite les thématiques :

  • de l’insulation (par exemple Sloterdijk présente la serre somme modèle de lieu conçu au nom du climat qui doit y régner)
  • de l’écume dans la conception architecturale et plus généralement dans l’appréhension du monde (comme métaphores et comme systèmes). – du confort (que Sloterdik nomme « gâterie » pour renvoyer à son caractère puéril.)
Continuer la lecture de « Découvrir « Écumes sphérologie plurielle » »

Découvrir « Les existences moindres »

Lecture présentée par Nicolas Tixier – 23 février 2021

Lapoujade, David. Les existences moindres. Paris : Les Éditions de Minuit, 2017.

Mots-clés :
Modes d’existence, existences moindres, témoin, avocat

Argument principal

Il est des livres qui vous aident à penser et à agir. L’ouvrage de David Lapoujade sur « Les existences moindres » est de ceux-là. Après Isabelle Stengers et Bruno Latour (2009), il revisite « Les différents modes d’existence » d’Etienne Sourriau (1943) au prisme à la fois du pragmatisme et de l’échappée vers la fiction.

Le voir et le dire renvoient pour partie à la figure du témoin et de l’avocat où, selon David Lapoujade, philosophe spécialiste du pragmatisme, « percevoir, ce n’est pas simplement appréhender le perçu, c’est vouloir témoigner ou attester de sa valeur. Le témoin n’est jamais neutre ou impartial. Lui incombe la responsabilité de faire voir ce qu’il a eu le privilège de voir, sentir ou penser. Le voilà qui devient créateur. De sujet percevant (voir), il devient sujet créateur (faire voir). Mais c’est parce que, derrière le témoin, se profile un autre personnage, celui de l’avocat. C’est lui qui fait comparaître, qui fait que toute création devient un plaidoyer en faveur des existences qu’elle fait apparaître, ou plutôt comparaître » (Lapoujade, 2017, p. 19). Outre de rendre-compte, cela engage potentiellement à plaider pour ces modes d’existence que David Lapoujade nomme moindres, car n’occupant pas toujours une place légitime au sein de nos sociétés contemporaines. Le voir, c’est parfois aussi juste l’apercevoir qui nécessite d’être attentif à ce qui se fabrique discrètement.  Le dire, c’est parfois aussi le difficilement énonçable, voire l’indicible par une parole que l’on rendrait publique, ou même par l’usage des mots tout simplement. Il faut être attentif, présent et trouver d’autres moyens pour rendre compte de cette part sensible ou trouver des dispositifs pour partager l’expérience.

Continuer la lecture de « Découvrir « Les existences moindres » »

Découvrir « L’appât des possibles : Reprise de Whitehead »

Lecture présentée par Jean-Paul Thibaud – 23 Février 2021

Debaise, Didier (2015). L’appât des possibles: reprise de Whitehead. Dijon : Les Presses du réel.

Mots-clés :
Bifurcation de la nature – Sentir – Manière d’être – Préhension – Perception – Évènement – Philosophie spéculative

Argument principal

Alfred Whitehead est un penseur anglais contemporain qui a développé une philosophe spéculative en affinité avec le pragmatisme de William James (Whitehead est un des penseurs de prédilection de Latour, Stengers, Deleuze, Haraway…). L’ouvrage de Didier Debaise propose une lecture synthétique de la philosophie de Whitehead. Celle-ci est présentée comme une des philosophies contemporaines les plus novatrices pour repenser la question de la nature. Une des idées centrales de Whitehead concerne ce qu’il appelle « la bifurcation de la nature », c’est à dire le geste moderne de séparation entre le physique et le psychique, la distinction entre qualités primaires (l’essence) et qualités secondaires (l’apparence) qui marque l’expérience moderne de la nature. Whitehead prend le contrepied de ce dualisme pour élaborer une philosophie de l’expérience particulièrement originale qui met l’accent sur l’événement et la relation. Pour Whitehead le monde n’est pas composé d’objets mais d’événements, d’entités actuelles, de sentirs, de préhensions. Debaise propose une lecture de Whitehead en insistant sur la notion centrale de sentir, celle-ci relevant d’un « maniérisme universel » conduisant à une conception renouvelée de la notion du sujet (pensée comme manière d’être et perspective sur le monde) et à une place fondamentale accordée à l’esthétique. Debaise s’appuie sur Whitehead pour explorer une pensée des mondes possibles.

Continuer la lecture de « Découvrir « L’appât des possibles : Reprise de Whitehead » »

Exploration des imprégnations atmosphériques

Le chantier « Imprégnations atmosphériques » propose une exploration des mondes de l’air et des atmosphères de vie. Il s’intéresse aux transformations ordinaires des sensibilités à l’air, par l’air et pour l’air. Loin d’aborder le domaine de l’aérien au singulier, de manière par trop générale et générique, ce chantier se rapporte bien plutôt à des airs pluriels et en contexte, en prêtant attention à leurs qualités, à leurs conditions et à leurs effets.

Le pari de ce chantier est de travailler sur l’expérience ordinaire, partagée et diffuse de l’air, en reconnaissant son caractère vital et sa permanence essentielle, tout en cherchant à mettre à jour ses singularités et ses variabilités selon les lieux, les situations, les climats, les écologies locales. Un des enjeux est alors de savoir comment documenter et activer un tel domaine qui se donne généralement comme allant de soi, relevant plutôt de l’ordre de l’évidence et ne se prêtant pas souvent à une attention particulière.

Continuer la lecture de « Exploration des imprégnations atmosphériques »

A la recherche des écologies territoriales de la métropole grenobloise

Formulation d’une énigme et d’une quête

Grenoble est une ville qui a toujours cultivé une relation de domination avec son environnement naturel. Cette domestication croissante des éléments s’est progressivement traduite par un processus volontaire de pétrification des paysages, de leurs sols et de leurs usages, mais également de mise à distance de leurs éléments les plus caractéristiques (plaines agricoles, rivières, collines et coteaux) rompant ainsi avec la continuité des infrastructures (vertes ou bleues) propres aux territoires d’une ville alpine. A l’heure du changement climatique et du défi environnemental, une question se pose : comment construire un projet de territoire autour de la mise en valeur de ressources communes et partagées susceptibles d’assurer la transition métropolitaine tout en articulant la métropole aux espaces qui lui sont adjacents ? Précisément, l’eau et la pente constituent à Grenoble deux éléments géographiques à la fois fondateurs de l’établissement humain et susceptibles de fédérer (au-delà du seul périmètre métropolitain), mais paradoxalement « invisibles » : ils ne constituent pas des espaces stratégiques au regard du développement urbain, participent peu au récit de la métropole, ne sont pas ou peu présents dans les représentations du quotidien et demeurent finalement confinés (géographiquement, culturellement et socialement) au regard de leurs usages. La fabrique de la résilience métropolitaine peut-elle passer par une reconsidération de ces deux éléments en questionnant leurs usages présents et passés tout comme les modes d’énonciation et les représentations qu’en ont les acteurs engagés dans la mise en projet et la planification de l’espace métropolitain ?

Carte postale – Grenoble – Le casque du Néron et la Vallée du Drac (non datée)
Continuer la lecture de « A la recherche des écologies territoriales de la métropole grenobloise »

Découvrir « Le retour de Moby Dick »

Lecture présentée par Sébastien Depertat – 15 janvier 2021

SARANO François (2020), Le retour de Moby Dick. Ou ce que les cachalots nous enseignent sur les océans et les hommes, Actes Sud, Arles

Mots-clés :
Mondes sous-marins; océanographie; relations humains/non-humains; éthologie; umwelt

Argument principal

Dans cet ouvrage, l’océanographe François Sarano raconte ses rencontres avec les cachalots, dans un milieu radicalement différent du notre. Il s’attache à montrer toute la complexité et la sensibilité de ces êtres, à travers leur histoire évolutive, leurs capacités cognitives, leurs comportements socio-culturels. François Sarano fait partie des premiers scientifiques à approcher les cachalots, non plus depuis le pont d’un bateau mais en se plongeant pleinement dans leur milieu. Il témoigne de la curiosité des individus rencontrés envers les plongeurs, en particulier des plus jeunes, qui sont parmi les premières générations à n’avoir pas connu la chasse, stoppée à partir de1983. Pour l’océanographe, ces rencontres, qui se font toujours «à l’initiative de l’animal» (p.50), témoignent du fait que «les cachalots [ont] changé d’attitude à notre égard» (p.51). Il démontre toute la richesse de cette espèce animale notamment à travers les comportements sociaux (une solidarité clanique qui l’amène à parler de «cerveau social» (p.146)) et la structure du langage (variations dialectales,transmissions culturelles, chapitres 10 et 11). François Sarano invite alors à retrouver «le sens du sauvage» (p.189): c’est en faisant ce pas de côté, en se plongeant dans des perceptions du monde qui nous sont radicalement autres, en allant à la rencontre d’une altérité profonde, que l’on pourra s’ouvrir à d’autres cosmologies et penser autrement notre cohabitation avec des «indispensables coloca-Terre sauvages» (p.194).

Continuer la lecture de « Découvrir « Le retour de Moby Dick » »

Découvrir « Pour une écologie du sensible »

Lecture présentée par Nathalie Audas – 15 janvier 2021

Jacques Tassin, Pour une écologie du sensible, Odile Jacob, 2020

Mots-clés :
Crise du rapport de la modernité à la Terre: perte de liens intimes/sensibles à la Nature, désolidarisation du Monde/déterrestration, sensible/rationnel, écologie (science, mode de pensée), habiter la Terre avec l’ensemble du vivant et du non-vivante

Argument principal

Ce livre vise à fonder une écologie différente moins rationaliste et plus empreinte d’humanité, d’animalité, de liens au vivant et non-vivant, trop longtemps écartés afin de renouer le contact entre l’Homme et la Nature. Partant du malentendu lié à l’opposition entre la raison et le sensible, comme source de renoncement du sujet à son/ses milieu(x),l’auteur montre l’impossibilité de nier le sensible comme primat de la vie,tant il participe de notre manière d’être au monde. Il propose la phénoménologie comme science possible pour renouveler l’approche actuelle de l’écologie.L’auteur souligne l’interconnexion, l’interpolation entre les êtres (Entrelacs) selon ce qu’il nomme une «continuité sensible». Notre expérience humaine (Humanité) compose avec les manifestations sensibles du vivant et du non-vivant,engageant ainsi toutes nos activités (le langage, la pensée ou toute autre activité engageant l’intellect). Il évoque l’urgence à considérer la relation fondamentale entre l’exercice de la vie sensible (expériences paysagères, tactiles,visuelles, sonores, compagnonnage animal) et le niveau de bien-être. Par le dernier chapitre Retrouvailles (sous-entendu avec la Terre) il nous invite à nous saisir du monde avec nos sens et non plus des discours essentiellement intellectualisés. Présentant tout au long de l’ouvrage le sensible comme précédant la raison et animant le monde, ilpromeut une écologie sensible du vivant pour tendre vers une résorption du dualisme nature-culture.

Continuer la lecture de « Découvrir « Pour une écologie du sensible » »

Géo-biologies

Notre enquête procède par la rencontre de géobiologues dans la métropole grenobloise et sur des territoires proches (Vercors, Trièves et Drôme des collines). Elle aborde la géobiologie comme un ensemble de sensorialités attentives aux énergies terrestres et cosmiques, à partir desquelles sont développées des pratiques de conseil et de soin associées aux domaines de la santé naturelle et de l’éco-habitat (Fries, 2017). En pleine résurgence depuis une quinzaine d’années, la géobiologie recouvre un ensemble de sensorialités et de formes d’attention à l’égard des milieux de vie.

Une sensibilité instrumentée: les baguettes du géobiologue, Grenoble, Claire Revol, 25/05/2021
Continuer la lecture de « Géo-biologies »

A la rencontre de la strate anthropocénique

Le chantier ‘strates’ est né de la rencontre entre des chercheur.es travaillant sur l’expérience sensible des milieux de vie dans l’Anthropocène et l’artiste plasticien Yves Monnier. Yves travaille sur la relation entre la mémoire, la matérialité de l’image numérique et le paysage. Il demande au paysage sa participation : des images de grande dimension sont collées sur des cadres de matériaux différents (Fermacell, médium, verre) agissant comme pochoirs que les processus atmosphériques contribuent à imprégner. Après un temps de dépose en extérieur, le pochoir est repris à l’atelier où Yves décolle le négatif de l’image pour en révéler un positif atmosphérique. Dans la cuvette grenobloise, où l’atmosphère agit comme un collecteur des rejets anthropiques, quinze jours suffisent pour obtenir du paysage sa participation à la création d’une image.

Prototypes de pochoirs déposés à l’ENSAG, Grenoble, 11 mars 2021
Photographie : Laure Brayer
Continuer la lecture de « A la rencontre de la strate anthropocénique »

Découvrir « Penser comme un iceberg »

Lecture présentée par Rachel Thomas – 15 janvier 2021

Remaud, Olivier et Garat, Anne-Marie (2020). Penser comme un iceberg. Arles, France : Actes Sud. Mondes Sauvages.

Mots-clés :
Glace – Vie sauvage – Partenaires – Formes de vie – Cohabiter avec discrétion – Être à l’écoute

Argument principal

Tout le travail d’Olivier Remaud dans cet ouvrage est d’«installer un trouble dans le discours» commun(p.50) en arguant – à partir de ce qu’il appelle des «albums d’expérience», c’est-à-dire des récitsd’explorateurs, de scientifiques, d’autochtones – que la glace, sous toutes ses formes (banquise, glaciers,icebergs…) constitue moins un paysage sublime environnant les humains qu’un partenaire partageant lacondition de l’humanité. La glace est animée de milles vies et mouvements. Elle naît (ou veule dans le casprécis de l’iceberg), se déplace et change d’état en à peine quelques heures, se retourne, s’épaissit puis sefissure ou se brise au rythme des marées, des courants et du blizzard, de la présence et de l’activité deshommes. Continuellement prise dans des relations d’interdépendances, de normes et de significations, ellesous-tend et organise des formes de vie humaines plurielles: formes d’habitat et manières d’habiter variablesen fonction des saisons; rythmes et manières de se déplacer selon l’état des surfaces gelées; possibilités etmodalités de la vie sociale; récits imaginaires et fables sociales…Imprévisible et fragile – elle partage avecle monde animal la capacité à apparaître puis à disparaître soudainement – la glace exige pour vivre en saprésence «de ne jamais cesser de la regarder» (p.123) et de l’écouter, de négocier, bref de cohabiterdiscrètement avec elle en respectant une certaine distance. La proposition d’Olivier Remaud consisteprécisément à ouvrir la science à ces savoirs et savoirs-sentir et percevoir animistes pour trouver lescatégories interprétatives et descriptives susceptibles de rendre intelligible ce partenariat.

Continuer la lecture de « Découvrir « Penser comme un iceberg » »