Découvrir « Sick Building Syndrome and the Problem of Uncertainty »

Lecture présentée par Jérémy Damian – 25 mars 2021

Michelle Murphy, 2006, Sick Building Syndrome and the Problem of Uncertainty — Environmental Politics, Technoscience, and Women Workers, Durham & London, Duke University Press, 253 pages

Mots-clés :
Syndrome de l’immeuble malsain, Toxicité, sensation, régime de perceptibilité, matérialisation, abjection, genre,

Argument principal

L’histoire des pollutions industrielles commence à être très bien documentée, l’histoire des pollutions non-industrielles reste sous-éclairée. Le livre retrace l’histoire des pratiques qui ont permis de rendre perceptibles et appréhendables certains risques environnementaux sur la santé qui relèvent de la deuxième catégorie.En l’occurrence, le «syndrome du bâtiment malsain» (sick building syndrome) apparu au tournant des 80’s et que l’auteur lie à l’établissement d’une certaine norme de confort et l’apparition de nouveaux types d’espaces intérieurs à partir des 50’s. Ce confort intérieur a produit une menace nouvelle, celle par laquelle nous pourrions être rendus malades par les espaces intérieurs qui nous sont les plus quotidiens. L’émergence de cette menace a été d’autant plus difficile à établir et à faire valoir que les troubles associés ne correspondent ni à des «maladies» ni à des «germes» pathogènes identifiés. Elle se fait sur le fond de troubles non spécifiques et non-linéaires. Son existence et sa reconnaissance n’en a été que plus problématique.Les chapitres 3 et 4 du livre racontent l’histoire d’un contraste, qui est aussi une lutte, entre deux manières de faire droits à ces troubles. D’un côté le laboratoire toxicologique qui constitue le laboratoire de l’expertise scientifique des questions de toxicité chimique. Et de l’autre, le modèle de l’«épidémiologie populaire» (Phil Brown, 1987). Le premier construit un format d’expertise qui suppose des réactions standardisées, des corps statistiquement moyens et en extrapole des «valeurs limite de seuil» et un modèle de lecture causale linéaire : la courbe dose-effet. Le second, en revanche, renvoie à une forme d’activisme mené par des collectifs de femme (au foyer, employées secteur tertiaire), qui vont, au début des 80’s, faire du porte à porte pour agréger des symptômes, des faisceaux de présomption pour, progressivement, cerner les intérieurs comme des espaces contaminés et nocifs.L’intérêt du livre portant sur la description de cet type de mobilisation collective par lequel ces femmes ne se sont pas seulement constituées comme des victimes de ces pollutions, elles en sont devenues des enquêtrices à même de faire valoir leur contre-expertise collective. L’enquête cognitive est également une enquête sociale, existentielle et sensorielle.Leur mobilisation a eu le mérite d’instaurer le problème tout différemment en le faisant exister publiquement non pas un niveau individuel en accumulant des organismes malades et défaillants, mais en agrégeant, à l’échelle d’un quartier, un immeuble, une communauté de troubles. Il ne s’agit dès lors plus seulement d’un problème purement physiologique et privé mais d’un problème collectif, politique, publique dont on peut dresser la carte.

Continuer la lecture de « Découvrir « Sick Building Syndrome and the Problem of Uncertainty » »

Découvrir « Réveiller le tigre »

Lecture présentée par Yves Monnier – 25 mars 2021

Debaise, Levine, Peter A. (2019). Réveiller le tigre: guérir le traumatisme. Paris, France : InterEditions. 239 p.

Mots-clés :
Sensivité – Ressenti – Perception – Archéologie du cerveau – Comportements animaux, humains et animaux-humains – Felt sens – Gesalt – Rythmique – Compositions et recompositions mémorielles – Mosaïque

Argument principal

Dans la première partie du livre Peter A. Levine nous expose ses observations sur la gestion des traumatismes chez différentes espèces d’animaux. En effet, il s’intéresse depuis 1970 à cette libération instinctuelle de la sortie du traumatisme chez les animaux. Dans la suite du livre il explique de quelle manière il a transposé ses découvertes du monde animal à l’être humain et a développé la Somatic Experiencing®. Puis son écris poursuit sur le fonctionnement détaillé de sa méthode psycho-corporelle de guérison du traumatisme. Il permet à qui le souhaite d’explorer la question des traumatismes par le biais de sa propre histoire individuelle. Le livre décrit étape par étape la formation, le fonctionnement et la résolution d’un traumatisme psycho-affectif. L’avancé majeur du travail de Peter A. Levine est d’avoir eu l’intuition suite à ses observations du monde animal que le lieu du figement lors d’un traumatisme n’est pas le cerveau mais le système nerveux central : le nerf vagal en l’occurrence. Dans cette méthode Peter A. Levine introduit la notion de ressenti et permet d’y accéder de manière relativement simple. Le felt sens y est décritcomme un sens à part entière : « l’aura interne qui englobe tout ce que vous ressentez et connaissez sur un sujet donné à un moment donné qui l’englobe et vous le communique comme un tout plutôt que détail par détail » (Cf p.57). En conclusion, Peter A. Levine nous montre que la guérison du traumatisme ne peut se produire qu’au niveau du lien entre notre système nerveux et notre le cerveau car c’est là que se situe les disfonctionnements issus des chocs traumatiques.

Continuer la lecture de « Découvrir « Réveiller le tigre » »

Découvrir « La part des nuages »

Lecture présentée par Gaëlle Vigné – 25 mars 2021

Vinau, Thomas (2017). La part des nuages. Paris, France : 10-18. 116 p.

Mots-clés :
Itinérance du quotidien – Suivre les nuages – Enchevêtrement de déséquilibres équilibrés – Attention aux riens qui font un tout – L’insensibilité par le sensible

Argument principal

La part des nuages est un livre du percevoir, du sentir, du regarder, un livre des éléments, de la pluie, du ciel, de la terre, du vent, mais aussi et surtout du corps. C’est une ode au vivant, à l’observation et à la description des sensorialités terrestres, un livre philosophique et poétique du fait quotidien où une parenthèse de vie s’ouvre pour absorber une discontinuité.
Ici, c’est l’histoire d’un papa, Joseph 37 ans, et de son fils Noé qui lui tient la tête hors de l’eau après que sa femme l’ait quitté. Noé part pour la première fois une semaine chez maman, en garde alternée, et Joseph ne respire plus. Nous partons alors avec Joseph pour une semaine d’expériences sensibles et corporelles, en plongeant dans le monde, dans l’être là, dans un habiter du quotidien dans lequel Joseph se débat. Ou pas.
C’est une aventure du quotidien, la quotidienneté d’aventures humaines, de parcours de vie, qui fait apparaître le rôle, la mécanique des sens. Ces sens qui cadencent, qui rythment chaque instant, leurs débuts et leurs fins, leurs passages d’une étape à une autre, comme une forme de saisonnalité des sens. Il y a à chaque page un état du présent, de la présence du corps en tant que vecteur de perceptions d’un soi, d’un tout.

Continuer la lecture de « Découvrir « La part des nuages » »

Découvrir « La nécessité du paysage »

Lecture présente par Théa Manola – 25 mars 2021

Besse, Jean-Marc (2018). La nécessité du paysage. Marseille : Parenthèses. 122 p. Collection la nécessité du paysage.

Mots-clés :
Paysage – Écologie -Projet – Enseignement/Didactique

Argument principal

Dans cet ouvrage le paysage est abordé comme « une méthode, un foyer de questionnements sur les sociétés et leurs espaces, et un horizon de sens pour l’action et la pensée » (p. 112). L’auteur part de l’idée que notre époque est celle de la géographie (de par l’atterrissage nécessaire de toute pensée), et que le visage de cette géographie est le paysage. Dans ce cadre, des demandes et modes de vie (ou d’existence) « nouvelles » redéfinissant les rapports à la nature et à la ville existent + des pensées qui redéfinissent les métiers et pratiques de projet naissent. En cela le paysage, son projet et son enseignement évoluent et c’est sur ces 3 aspects que l’ouvrage s’attache : comment le paysage se défini (partie 1) ; comment on peut agir (avec le paysage) (partie 2) ; comment on peut enseigner le paysage ? (partie 3).

Continuer la lecture de « Découvrir « La nécessité du paysage » »

Découvrir « Materials against materiality »

Lecture présentée par Marc Higgin – 23 février 2021

Ingold, T. (2007). Materials against materiality. Archaeological Dialogues,14(1), 1-16.

Mots-clés :
materials; landscape; artefacts; perception; agency; flux

Argument principal

Ingold commence par une provocation : pourquoi, dans la littérature toujours croissante sur la matérialité de la vie sociale, semble-t-il n’y avoir presque rien à dire sur les matériaux eux-mêmes. L’argument qu’il poursuit est que le concept de matérialité cache un profond désintérêt et une indifférence pour le monde dans la façon dont il est réellement vécu par les gens du monde entier. Cette indifférence trouve ses racines dans une épistémologie représentationniste qui oppose un esprit – dans sa créativité et son action – à un monde matériel. Partant d’objets finis, ce qui intéresse ces théoriciens, c’est la forme vivante et sociale des artefacts, avec une matérialité reléguée à l’arrière-plan.Contre le monde matériel de la théorie sociale, il plaide pour un monde de matériaux, en utilisant la distinction de Gibsonentre milieu, substance et surface. Ce monde en mouvement, en devenir, est la condition de notre croissance en tant qu’êtres vivants (medium), et c’est un monde que nous formons et transformons activement dans nos pratiques d’habitation (substances et surtout surfaces comme zone de mélange entre substances). En bref, il soutient que nous devrions ignorer les ruminations abstraites des philosophes et des théoriciens pour nous engager dans les choses tangibles des artisans et des fabricants

Continuer la lecture de « Découvrir « Materials against materiality » »

Découvrir « Étreindre les arbres »

Lecture présentée par Céline Bonicco-Donato – 23 février 2021

Shiva Vandana (2016), « Etreindre les arbres » (extrait de Staying Alive: Women, écology and development (1989) Zed Books), in Emile Hache (textes chois, Reclaim, recueil de textes écoféministes, Cambourakis.

Mots-clés :
Nature, écoféminisme, forêt, désobéissance civile

Intérêt pour la recherche Sensibilia

Différentes pistes de recherche:

  • Penser en partie la crise écologique comme la conséquence d’une ontologie dualiste. Il me semble que l’ontologie de la participation à laquelle elle en appelle peut être mise à l’épreuve à partir de l’expérience sensible: comment peut-on éprouver l’entremêlement de notre destinée à notre milieu? Comment l’expérience sensible peut-elle invalider l’ontologie dualiste avec laquelle nous pensons habituellement?
  • Montrer comment le langage exprime notre rapport au monde et peut traduire une sensibilité beaucoup plus grande à la terre.
  • Déployer un militantisme écologique sensible et non violent: comment peut-on affirmer de manière une inclusion, la participation à une même substance? Chipko exemplifie à fleur de peau, physiquement l’ontologie alternative qu’il faut déployer pour changer de paradigme.-Prendre au sérieux la fécondité épistémologique de «savoirs paysans»
Continuer la lecture de « Découvrir « Étreindre les arbres » »

Découvrir « Au bonheur des morts »

Lecture présentée par Pascaline Thiollière – 23 février 2021

Vinciane Despret, Au bonheur des morts: Récits de ceux qui restent, Les empêcheurs de penser en rond, La Découverte,Paris, 2015.

Mots-clés :
Inventivité des relations vivants-morts, agentivité des morts, penser par les effets, convoquer les morts, honorer et hériter

Argument principal

Avec ce livre, Vinciane Despret retrace une enquête au long court sur la relation entre les vivants et les morts en imbriquant une énigme issue de son histoire familiale, à des récits récoltés au fil de rencontres, des partages d’anecdotes et conseils de lectures ou d’expériences qui lui sont proposés, et qu’elle s’impose à suivre pendant un an. En pensant parles effets et par le milieu, elle tricote entre-elles les énigmes que fabriquent les récits. Se faisant, elle met un grand coup de pied dans une pensée de la mort comme néant et du deuil comme travail à effectuer (bandeau «Pour en finir avec le travail de deuil»). Les «récits de ceux qui restent» révèlent alors les «modes d’existence» des morts, les différentes manières qu’on les morts d’entrer dans la vie des vivants, et une grande inventivité dans la manière dont les relations vivants-morts s’instaurent et invite les vivants à faire acte d’héritage. Elle critique la psychologisation de la mort, comme d’autres approches qui tendent à cantonner la relation entre les vivants et les morts à une dimension immatérielle,métaphorique et symbolique (anthropologie de la mort, fantômes et spectres, hauntology). «Leur inconsistance traduit le symptôme du traitement très particulier que notre tradition réserve aux invisibles: ils se sont, comme le dit Tobie Nathan, «réfugiés dans une intériorité craintive» – l’inconscient collectif, la mémoire…» (p.93) et renvoient à une«existence par procuration». En s’appuyant sur la géographe Emilie Cameron, elle constate que le «spectral» des histoires «hantées» postcoloniales «en vient à effacer les corps et les voix de ceux qui continuent à vivre et à payer les conséquences des injustices passées» (p.95). Se souvenir est faire acte de création, fabriquer, recomposer (re-member),comme les hommages funéraires recomposent la vie du défunt, donnant à chacun d’autres versions le rendant plus épais,œuvrant à faire tenir ensemble les «histoires hétérogènes», le rendant plus présent dans son nouveau «mode d’existence». Les hommages intensifient la présence et sont vecteurs de vitalité. Recomposer comme acte de prolongement, par la parole, l’écriture, la traduction et l’activation de signes, de rêves, l’adoption des habitudes, des objets du morts, qui mènent à accomplir la vie du défunt. Elle enquête aussi sur le dispositif spirite comme dispositif thérapeutique, qui construit l’expérience de la présence (p.171) et qui permet de déléguer aux uns le soin des autres et réciproquement, en faisant passer des messages d’encouragement ou des conseils banals, bienveillants; les morts à travers le médium ne disent pas grand-chose mais activent, font faire.

Continuer la lecture de « Découvrir « Au bonheur des morts » »

Découvrir « Écumes sphérologie plurielle »

Lecture présentée par Suzel Balez – 23 février 2021

Peter Sloterdijk, Écumes sphérologie plurielle -Sphères III, Hachette Littératures, 2006. 791 p.

Mots-clés :
explicitation et tonalités profondes ; îles atmosphériques ; hyper-conditionnement ; gâterie

Argument principal

Peter Sloterdijk présente « Écumes » le dernier volet de sa Trilogie des sphères, comme un projet global de « critique de la raison spatiale ». Il s’intéresse à l’atmosphère, à l’air respiré et au climat comme questions essentielles, non seulement pour la philosophie mais aussi pour la politique et l’esthétique.

L’introduction est intitulée « tremblement d’air » et est plus particulièrement consacrée au climat. Sloterdijk y montre comment des procédures atmoterroristes à partir de 1915 au gaz comme instrument génocidaire pendant la seconde guerre mondiale émergent la question du conditionnement de l’air (Air conditioning). Avant l’atmoterrorisme, la relation avec l’atmosphère était non questionnée, donnée et prévisible. L’être-dans-le-monde humain devient, à partir de là, un être-dans-l’air ou être-dans-le-respirable. « Sous l’égide de la menace » qui se renforce encore par la suite avec l’avènement nucléaire, l’air et plus globalement l’environnement deviennent des sujets de préoccupation.

Les 3 « chapitres » de l’ouvrage développent ensuite les thématiques :

  • de l’insulation (par exemple Sloterdijk présente la serre somme modèle de lieu conçu au nom du climat qui doit y régner)
  • de l’écume dans la conception architecturale et plus généralement dans l’appréhension du monde (comme métaphores et comme systèmes). – du confort (que Sloterdik nomme « gâterie » pour renvoyer à son caractère puéril.)
Continuer la lecture de « Découvrir « Écumes sphérologie plurielle » »

Découvrir « Les existences moindres »

Lecture présentée par Nicolas Tixier – 23 février 2021

Lapoujade, David. Les existences moindres. Paris : Les Éditions de Minuit, 2017.

Mots-clés :
Modes d’existence, existences moindres, témoin, avocat

Argument principal

Il est des livres qui vous aident à penser et à agir. L’ouvrage de David Lapoujade sur « Les existences moindres » est de ceux-là. Après Isabelle Stengers et Bruno Latour (2009), il revisite « Les différents modes d’existence » d’Etienne Sourriau (1943) au prisme à la fois du pragmatisme et de l’échappée vers la fiction.

Le voir et le dire renvoient pour partie à la figure du témoin et de l’avocat où, selon David Lapoujade, philosophe spécialiste du pragmatisme, « percevoir, ce n’est pas simplement appréhender le perçu, c’est vouloir témoigner ou attester de sa valeur. Le témoin n’est jamais neutre ou impartial. Lui incombe la responsabilité de faire voir ce qu’il a eu le privilège de voir, sentir ou penser. Le voilà qui devient créateur. De sujet percevant (voir), il devient sujet créateur (faire voir). Mais c’est parce que, derrière le témoin, se profile un autre personnage, celui de l’avocat. C’est lui qui fait comparaître, qui fait que toute création devient un plaidoyer en faveur des existences qu’elle fait apparaître, ou plutôt comparaître » (Lapoujade, 2017, p. 19). Outre de rendre-compte, cela engage potentiellement à plaider pour ces modes d’existence que David Lapoujade nomme moindres, car n’occupant pas toujours une place légitime au sein de nos sociétés contemporaines. Le voir, c’est parfois aussi juste l’apercevoir qui nécessite d’être attentif à ce qui se fabrique discrètement.  Le dire, c’est parfois aussi le difficilement énonçable, voire l’indicible par une parole que l’on rendrait publique, ou même par l’usage des mots tout simplement. Il faut être attentif, présent et trouver d’autres moyens pour rendre compte de cette part sensible ou trouver des dispositifs pour partager l’expérience.

Continuer la lecture de « Découvrir « Les existences moindres » »

Découvrir « L’appât des possibles : Reprise de Whitehead »

Lecture présentée par Jean-Paul Thibaud – 23 Février 2021

Debaise, Didier (2015). L’appât des possibles: reprise de Whitehead. Dijon : Les Presses du réel.

Mots-clés :
Bifurcation de la nature – Sentir – Manière d’être – Préhension – Perception – Évènement – Philosophie spéculative

Argument principal

Alfred Whitehead est un penseur anglais contemporain qui a développé une philosophe spéculative en affinité avec le pragmatisme de William James (Whitehead est un des penseurs de prédilection de Latour, Stengers, Deleuze, Haraway…). L’ouvrage de Didier Debaise propose une lecture synthétique de la philosophie de Whitehead. Celle-ci est présentée comme une des philosophies contemporaines les plus novatrices pour repenser la question de la nature. Une des idées centrales de Whitehead concerne ce qu’il appelle « la bifurcation de la nature », c’est à dire le geste moderne de séparation entre le physique et le psychique, la distinction entre qualités primaires (l’essence) et qualités secondaires (l’apparence) qui marque l’expérience moderne de la nature. Whitehead prend le contrepied de ce dualisme pour élaborer une philosophie de l’expérience particulièrement originale qui met l’accent sur l’événement et la relation. Pour Whitehead le monde n’est pas composé d’objets mais d’événements, d’entités actuelles, de sentirs, de préhensions. Debaise propose une lecture de Whitehead en insistant sur la notion centrale de sentir, celle-ci relevant d’un « maniérisme universel » conduisant à une conception renouvelée de la notion du sujet (pensée comme manière d’être et perspective sur le monde) et à une place fondamentale accordée à l’esthétique. Debaise s’appuie sur Whitehead pour explorer une pensée des mondes possibles.

Continuer la lecture de « Découvrir « L’appât des possibles : Reprise de Whitehead » »