Grenoble, ville d’eaux

Dans le cadre du chantier « À la recherche des écologies territoriales de la métropole grenobloise » nous avons continué notre exploration du projet Grenoble, Ville d’eaux.

Ce travail centré sur l’analyse des archives et complété par une enquête sur le terrain et auprès d’historiens locaux a donné lieu à une exposition à la Plateforme à Grenoble du 5 septembre au 3 décembre 2022 en partenariat avec la Ville de Grenoble et l’Agence d’Urbanisme de la Région Grenobloise (scénographie : Sigrid Desjardin-Gosseine, Graphisme : Clémence Godinot).

Cette partie du projet a été travaillé avec Amélie Wild (étudiante M1 ENSAG), Adèle Barillon (étudiante M1 IUGA) et Christophe Meuret (historien et archéologue)

Exposition “Grenoble, retour vers le futur”, Grenoble, La Plateforme, 2022, crédits : Sigrid Desjardin-Gosseine

Le projet de “Grenoble Ville d’eaux”, oublié dans l’histoire de la cité dauphinoise, a émergé en 1811 et s’étire tout au long du XIXe siècle, jusqu’à son abandon définitif un peu avant la Première Guerre mondiale. Le projet consiste à l’adduction des eaux issues des sources chaudes, présentes dans le lit du Drac et à leur transport de la Motte les Bains jusqu’à un établissement thermal construit à Grenoble. Sulfureuse et saline, l’eau des sources de la Motte est connue depuis l’époque romaine pour ses propriétés médicinales. En 1830, le château de la Motte est agrandi et transformé en établissement thermal, accueillant l’été des curistes de toute l’Europe. Le projet consiste à remonter l’eau puisée dans le lit du Drac, par une pompe, jusqu’à Monteynard, puis de la faire s’écouler en pente douce le long des 31 km de la route de la Mure jusqu’à Grenoble, où des thermes sont imaginées à côté du Jardin de Ville, sur la place libérée par le déplacement des anciens hôpitaux. L’objectif est alors de faire de Grenoble une ville attractive et touristique, où les curistes viendraient toute l’année pour se soigner, pour profiter des promenades dans les jardins et en montagne et se distraire avec la construction prévue d’un théâtre, d’un musée, d’un casino, de restaurants et d’hôtels. Les archives retrouvées donnent à lire les arguments des partisans du projet et ceux de ses détracteurs.

Honoré-Hugues Berriat (1778-1854), Maire de Grenoble de 1835 à 1842, est le plus grand défenseur de ces thermes, commanditant et publiant de nombreux rapports et poussant à sa réalisation jusqu’à sa mort. Sous sa direction, l’urbanisme de Grenoble s’est développé, notamment lors de l’extension dirigée par le général Haxo qui permit de doubler la superficie de la ville, créant entre autres le jardin des plantes et la place Verdun. Berriat installe de nombreux équipements : le pont suspendu de St-Laurent est construit, les rues sont pavées, les quais de l’Isère sont aménagés et commence la construction de la citadelle du Rabot, dans le cadre des fortifications de la Bastille. Grenoble, alors ville militaire et universitaire, voit apparaître ses premières industries mécaniques.

Si vous n’avez pas pu vous rendre à l’exposition, un film, projeté également lors de l’exposition, retrace cette histoire méconnue. Le récit filmique de ce projet s’appuie sur des archives (compte-rendu de conseils municipaux, cartes postales, plans…), la visite du château de la Motte les bains, des scènettes jouant les figures des partisans et opposants au projet. 13 min pour entrer dans ce projet débattu, plébiscité, critiqué et finalement abandonné de Grenoble, ville d’eaux reliant Grenoble à La Motte.

Grenoble, Ville d’eaux

Ou comment au cours de la seconde moitié du XIXe siècle Grenoble aurait pu devenir une ville thermale par l’adduction des eaux de sources chaudes de la Motte les Bains.

Un film écrit, réalisé et monté par d’Adèle Barillon
Dans le cadre de l’exposition “Grenoble, retour vers le futur
Sur la proposition de Nicolas Tixier

Une production

AAU_Cresson / ENSA Grenoble / Université Grenoble Alpes
Dans le cadre de l’ANR Sensibilia
En partenariat avec la Ville de Grenoble et l’Agence d’Urbanisme de la Région Grenoblois

2022

Avec

Adèle Barillon : Scénario, voix-off, réalisation, montage
Amélie Wild : Recherche et voix-off sur l’histoire du projet
Jul McOisans : Prises de son
Olivier Fouquet : Berriat, Maire de Grenoble (en 1844) puis défenseur du projet (en 1897)
Pierre Hébrard : Commission des Eaux de la motte (en 1844) puis détracteur du projet (en 1897)

Ce film a bénéficié des recherches de Christophe Meuret, historien, archéologue.

Crédits musiques : La sostanza dei sogni (1993) par Giuseppe Gavazza

Crédit images

Aix-les bains, Affiche du peintre local François Cachoud, reprise pour le PLM, vers 1910.
Affiche de la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée (PLM) : « Uriage les bains (Isère) », par Hugo d’Alesi, 1895.
Collections du Musée des Plans-Reliefs de Paris, exposition ; La France en relief. Grand Palais, CC BY-SA 3.0, par Par Martin Leveneur, 18 janvier-17 février 2012.
Le vote des Chambérien, par Louis Houssot, avant 1890.
Archives municipales, départementales et collections de particuliers.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Nicolas Tixier (5 janvier 2023). Grenoble, ville d’eaux. Sensibilia. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tzot


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search