Découvrir “Inhuman nature. Sociable Life on Dynamic Planet”

Lecture présentée par Olivier Labussière – 15 janvier 2021

Clark Nigel, (2011), Inhuman Nature. Sociable Life on a Dynamic Planet, London : SAGE https://sk.sagepub.com/books/inhuman-nature

Mots-clés :
Nature ∙ Société ∙Relation asymétrique ∙ Altérité radicale ∙ Hospitalité

Argument principal

Ce livre est une proposition non-anthropocentrée de “retour sur terre”. La terre n’est pas un corps passif, conditionné par l’habitation humaine. C’est un ensemble de forces matérielles et cosmiques qui dépassent en échelle, en intensité, en variations les capacités humaines à l’appréhender. Ses dynamiques intrinsèques suscitent des tsunamis, des tremblements de terre, des extrêmes climatiques, des ouragans, des incendies géants. Entre le terrestre et l’humain la relation n’est pas symétrique mais asymétrique. C’est là une proposition centrale de l’ouvrage discutée à partir des pensées de Deleuze, de Bataille, de Serres, de Stengers et de Lévinas. Clark bouscule le paradigme relationnel régulièrement adossé à un principe d’harmonie préalable entre l’humain et le monde (tradition phénoménologique), ou encore d‘analyse symétrique’ entre les agents accordant à ces derniers (humains, non-humains) des pouvoirs équivalents (Latour). Le terrestre a une part excessive. Les situations de catastrophe ne font pas qu’altérer les infrastructures ou chaînes sociotechniques essentielles à nos sociétés, elles mettent en mouvement des forces naturelles que nous pensions stables et qui constituaient nos sols, nos paysages. Face à leur disparition, nous éprouvons leur altérité (otherness) radicale, et nous découvrons l’injustice de nos organisations socio-spatiales. Clark termine son ouvrage sur l’idée que vivre sur une planète turbulente oblige à repenser nos façons de faire communauté et nos principes d’hospitalité. Les asymétries radicales entre le terrestre et l’humain feraient naître des réciprocités nouvelles entre les humains.

Intérêt pour la recherche Sensibilia

  • Ce livre contribue aux débats contemporains d’un ‘retour sur terre’, en avançant une proposition originale de relation asymétrique entre l’humain et le terrestre, ce qui offre un regard alternatif aux approches phénoménologiques, sociotechniques et constructivistes radicales.
  • Ce livre invite à une interdisciplinarité forte entre sciences sociales et sciences de la terre, en défendant que ces dernières loin de réduire les phénomènes terrestres à des modèles linéaires, raisonnent de plus en plus en termes d’imprédictibilité, de turbulences, d’équilibres transitoires. Les sciences de la terre nous permettent de réintégrer des processus et des temporalités invisibilisés par les sciences sociales mais qui informent pourtant leurs objets.
  • Ce livre noue l’écologie et le sensible en interrogeant en amont notre capacité à sentir ou imaginer des jeux de forces cosmiques (ex. effondrement des Alpes) dans la très longue durée – quitte à monter sur les épaules d’une autre science pour cela, et en aval à décrire les déplacements de sensibilités, de sociabilités, d’hospitalité autour de ces sols et paysages redisposés.

Limites et critiques

L’ouvrage organise sa démonstration autour de cas critiques (tsunami, tremblement de terre…) propices à imaginer la part ‘inconstructible’ de la terre. Même si cela n’invalide pas la thèse de l’ouvrage, deux frustrations peuvent être mentionnées :

  • L’auteur ne soumet pas son raisonnement à des situations “ordinaires”, lorsque les forces naturelles ne sont pas déchaînées. Cette part terrestre n’entre-elle en politique que par effraction ? Comment déplace-t-elle les usages et les modes de vie lorsqu’il s’agit de processus plus lents et continus (érosion lente, changements climatiques graduels…) ? Et qu’est-ce que les sensibilités permettent justement de voir dans ces moments ‘à bas bruits’ ?
  • L’auteur évoque une humanité qui est principalement celle des situations de crise, des face-à-face immédiats qui obligent à l’empathie et à la solidarité. Qu’en est-il du rôle des héritages socio-spatiaux ? Comment le social se constitue-t-il des ‘strates’ pour son habitation à partir de ‘strates’ passées ? Quels enjeux de connaissance et de pouvoir se jouent autour de ces transitions d’une ‘strate’ à une autre ?

Autres références citées intéressantes

  • Georges Bataille, et Jean Piel, (2007). La part maudite. Paris : Minuit. 231 p. Collection critique.
  • Gilles Deleuze, et Félix Guattari, (1980). Mille plateaux. Paris : Éditions de minuit. 645 p. Collection critique.
  • Emmanuel Lévinas, (2009). Totalité et infini: essai sur léxtériorité. Dordrecht : Kluwer Academic. 347 p. Livre de Poche Biblio essais.
  • Jean-Luc Nancy, (2004). La communauté désœuvrée. Paris : Bourgois. Nouv. éd. rev. et augm. 277 p. Détroits.
  • Michel Serres, (1992). Le contrat naturel. Paris : Flammarion. 191 p.
  • Vaclav Smil, (2002). The earth’s biosphere: evolution, dynamics, and change. Cambridge : MIT Press. 346 p.
Cite this article as: Olivier Labussière, "Découvrir “Inhuman nature. Sociable Life on Dynamic Planet”," in Sensibilia, 04/05/2021, https://sensibilia.hypotheses.org/368.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.