Découvrir “La nécessité du paysage”

Lecture présente par Théa Manola – 25 mars 2021

Besse, Jean-Marc (2018). La nécessité du paysage. Marseille : Parenthèses. 122 p. Collection la nécessité du paysage.

Mots-clés :
Paysage – Écologie -Projet – Enseignement/Didactique

Argument principal

Dans cet ouvrage le paysage est abordé comme « une méthode, un foyer de questionnements sur les sociétés et leurs espaces, et un horizon de sens pour l’action et la pensée » (p. 112). L’auteur part de l’idée que notre époque est celle de la géographie (de par l’atterrissage nécessaire de toute pensée), et que le visage de cette géographie est le paysage. Dans ce cadre, des demandes et modes de vie (ou d’existence) « nouvelles » redéfinissant les rapports à la nature et à la ville existent + des pensées qui redéfinissent les métiers et pratiques de projet naissent. En cela le paysage, son projet et son enseignement évoluent et c’est sur ces 3 aspects que l’ouvrage s’attache : comment le paysage se défini (partie 1) ; comment on peut agir (avec le paysage) (partie 2) ; comment on peut enseigner le paysage ? (partie 3).


Dans la Partie 1, JMB propose une définition « progressive » du paysage en partie en le situant par rapport à d’autres notions : nature, territoire, vue, ambiance. Dans cet essaie de définition, le paysage est « avant tout constitué de relations » et c’est dans le paysage qui les 4 notions mobilisées par l’auteur s’assembleraient selon lui tout en se transformant. Si nous devons résumer, le paysage dans la conception de l’auteur s’éloigne du regard esthétique, qu’il soit formaliste, historique ou centré sur la spatialité physique, il n’est plus seulement au croisement d’approche culturalistes et physicalistes mais bien au-delà de celles-ci : c’est une expérience de nous-mêmes dans les rapports que nous avons aux choses, aux êtres, aux espaces. Le paysage « est une activation de nos puissances sensibles, c’est à dire de nos capacités à être touchés, saisis, émus, par le monde autour de nous » (p. 34). Il défend que comme l’existence humaine est bouleversée par les transformations écologiques en cours, dans ses conditions et formes, le paysage est de fait impliqué dans la pensée de nouvelles conditions d’existence, dans la mesure où il est considéré comme une condition de départ de l’existence humaine et de ses conditions matérielles et morales (à la fois sur un plan individuel que collectif).
En cela, l’auteur explicite la « nécessité du paysage » comme aussi « une nécessité de la condition sensible des sociétés, et elle conduit à interroger de façon critique les diverses manières dont les sociétés considèrent et « traitent » leur sensibilité, c’est-à-dire les engagements du corps dans le monde » (p. 27). L’auteru défend que « L’enjeu est celui de la mise au point de nouvelles perspectives ontologiques, existentielles et pratiques. Le paysage peut contribuer à cette entreprise. A condition, toutefois, de ne pas le réduire à une simple manière de voir, et de voir loin, ou à un ensemble de signes culturels à déchiffrer. » (p. 48). En cela l’auteur refuse les approches culturalistes du paysage, considérant que les relations (sensibles, tactiles, matérielles) ne sont pas toujours de l’ordre de la représentation ou d’une « symbolique ». « Le paysage est habiter le monde et être habité par lui » (p. 50)
Pour ouvrir la partie 2, JMB part du principe que le paysage étant une expérience, cette expérience « peut être organisée, provoquée » et que c’est justement là « l’un des rôles de paysagistes » (et des architectes par la suite du texte), « que de la préparer » (p. 35). Il clarifie cependant que cette projetation possible n’est pas forcement celle fondatrice ou constitutive.
Dans la partie 2 « Agir avec le paysage » l’auteur souhaite définir les formes d’action paysagères possibles. Selon lui il y aurait deux postures : agir sur ou agir avec le paysage. « Agir sur » serait caractérisé par deux postures dualistes : (1) une séparation entre formes et matières et (2) une séparation entre sujet et objet. L’auteur défend clairement la seconde posture, celle de l’« agir avec ». Celle-ci intègre le « déjà-là » et vise à composer avec plus qu’à créer dans une posture démiurgique. Dans cet « agir avec » il s’agit de « négocier » avec les situations.
En fin de partie 2 l’auteur explicite pourquoi selon lui il faudrait « agir avec » le paysage. Il utilise pour cela l’ouvrage de Corinne Pelluchon « Les nourritures. Philosophie du corps politique » afin de défendre avec C. Pelluchon que les humais vivent DE paysage. Que le paysage en cela « est la condition (de la vie humaine) (…) une dimension déterminante » (p. 46). On vit de paysage comme on vit du monde, pas tant dans le sens du besoin mais aussi et peut-être surtout en celui de la jouissance.  
L’auteur bien qu’il refuse les approches démiurgiques, soutient le fait que « Paysagistes et architectes réalisent des espaces et des temps qui seront habités par d’autres. Ils sont des faiseurs de mondes. » (p. 65). Cependant, bien que création existe, cette création et la forme associé n’est pas le résultat d’une pensée ou d’une imagination unique issus de l’esprit et de la main d’un concepteur mais du travail conjoint entre cet humain et les forces existantes.
Deux principes guident ce processus : ajustement, inachèvement (cf. travail avec le vivant), attention.
C’est de dernier mot qui fait le lien avec la 3ème partie « Éduquer au paysage ».
Dans cette partie, JMB passe en revue les notions élémentaires concernant les savoirs engagés dans les formations au projet : situation (au lieu du site) ; les différentes formes de savoirs (techniques, académiques, expérientiels, référentielles, de l’ordre de l’idée).
Sur cette base, il en vient à ce qui semble être une de ses thèses principales : « Le projet de paysage est à la fois description et invention, proposition et révélation d’une forme qui est déjà là, esquissée potentiellement, dans la situation. » (p. 80).
Considérant le projet comme à la fois cartographie et requalification, il défend une approche descriptive du projet, ou pour le dire avec ses mots « une épistémologie de la description » (p. 82).
La démarche descriptive est selon JMB associée à une série d’opérations : conceptualisation (modélisation dans la pédagogie) qui visent la compréhension du sens des situations paysagères par des formes d’abstractions ; hypothétiques (régimes fictionnels) qui renvoient vers des scénarisations.
L’ouvrage se conclu par un hymne à l’attention comme « conduite éthique vis-à-vis des autres humains, des vivants et du monde en général. » (p. 102).

Intérêt pour la recherche Sensibilia

L’intérêt se situe clairement pour l’AXE 1 et la mise en tentions des différentes approches au croisement des questions sensibles et environnementales. Il s’agit d’un des auteurs connus et reconnus dans ce qu’on peut appeler la théorie française du paysage. L’intérêt de l’ouvrage pour la recherche Sensibilia est à la fois sur le plan purement théorique (notamment dans cette partie 1mais pas uniquement, et pas forcément dans la mise en tentions des termes mais plus dans la conception livrée et défendue du paysage et de sa nécessité) que sur le caractère opérant des notions/mondes/courants.

Limites et critiques

La partie 1 mobilise peu de références connues dans les champs explorés. L’auteur semble aborder le paysage dans une approche toujours très anthropo-centrée.
Un ouvrage qui intègre très peu les questions politiques (du politique et de la politique).

Autres références citées intéressantes

Besse, Jean-Marc (2009). Le goût du monde: exercices de paysage. Arles : [Versailles] : Actes sud ; ENSP. 227 p. Collection Paysage.

Pelluchon, Corine (2015). Les nourritures: philosophie du corps politique. Paris, France : Éditions du Seuil. 385 p.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Léa Celle (24 septembre 2021). Découvrir “La nécessité du paysage” Sensibilia. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tzog


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search