Géo-biologies

Notre enquête procède par la rencontre de géobiologues dans la métropole grenobloise et sur des territoires proches (Vercors, Trièves et Drôme des collines). Elle aborde la géobiologie comme un ensemble de sensorialités attentives aux énergies terrestres et cosmiques, à partir desquelles sont développées des pratiques de conseil et de soin associées aux domaines de la santé naturelle et de l’éco-habitat (Fries, 2017). En pleine résurgence depuis une quinzaine d’années, la géobiologie recouvre un ensemble de sensorialités et de formes d’attention à l’égard des milieux de vie.

Une sensibilité instrumentée: les baguettes du géobiologue, Grenoble, Claire Revol, 25/05/2021

Voici lénigme qui sous-tend cette enquête : en quoi les sensibilités cultivées par les praticiens de la géobiologie introduisent-elles à des relations renouvelées aux milieux de vie et aux entités qui les composent (minérales, végétales, animales…) ? Introduisent-elles à une lecture renouvelée des paysages et de la géographie des « lieux de vie » (Thayer, 2003) ? Ces relations constituent-elles des ressources situées pour des expériences de transition socio-écologiques, et imaginer d’autres manières d’être vivant (Morizot, 2020) ?

L’enquête noue des relations avec des praticiens sur du temps long pour partager des expériences qui nous informent sur les dimensions sensibles de leurs pratiques, en développant une approche « éco-somatique » (Bardet, Clavel, Ginot, 2018) à même de qualifier ces pratiques et leurs enjeux sensoriels. La proximité géographique des terrains rend possible des re-visites lors desquelles il s’agit de se rendre sur des lieux que les praticien.nes choisissent pour expérimenter, se laisser guider, et accéder à la description fine des aptitudes sensorielles mobilisées. Ces re-visites permettent chemin faisant de documenter les spatialités singulières et d’appréhender les lieux et les paysages par le prisme de ces pratiques énergétiques, avec des paroles recueillies lors des visites et des dessins ou des cartographies sensibles.

Cette enquête vise par ailleurs à s’orienter dans la multitude de pratiques engagées et hybridées par les personnes rencontrées, en regard avec leur histoire longue et la géographie multiple de leurs influences (radiesthésie, feng shui, sourcellerie, rhabdomancie, géomancie, médecines traditionnelles, ésotérisme…). Cela suppose d’étudier l’effervescence de ces pratiques à l’échelle nationale, notamment l’essor des lieux de formations. Pour explorer l’actualité de ces pratiques, nous nous proposons de déplacer leur champ opératoire du soin individuel vers l’articulation qu’elles actualisent entre des sensibilités et des pratiques écologiques. Cette enquête exploratoire aborde ces articulations de manières larges, que celles-ci nourrissent des pratiques concrètes (jardinage, construction, foresterie, élevage…), ou se rendent davantage visibles au sein de l’espace public par l’intervention dans des combats environnementaux ou des controverses en termes de santé en lien avec l’environnement (pollution des ondes par exemple), ou encore nourrissent des formes de spiritualité écologique ou écologie intérieure. La résurgence de ces pratiques expertes et amatrices et leur popularité actuelle serait corrélée à des processus contemporains de transition socio-écologique qui engagent d’autres formes d’attention à la terre et au vivant, d’autres manières de se relier et de percevoir les relations, d’autres manières d’habiter la terre et d’inscrire des activités humaines dans les milieux. Notre enquête cherche ainsi à resituer cet essor dans les coordonnées du nouveau régime climatique qui requiert de nouveaux gestes de soins pour la Terre (Puig Della Bellacasa, 2019). Cela nous permet de thématiser les questions de santé, de bien-être et de spiritualité en relation avec le vivant et les milieux, en les abordant sous leurs aspects énergétiques, ondulatoires ou vibratoires.

L’enquête se nourrit, d’autre part, d’une auto-ethnographie collaborative. Il est couramment admis, dans cette communauté de pratique, que les phénomènes vibratoires auxquels s’ouvre le géobiologue peuvent être accessibles de manière très large et partagée. Par ailleurs, ces pratiques encouragent des manières d’appréhender le vivant et de visiter les lieux, et développent un sens esthétique qui a souvent à voir avec le sentiment du beau, du goût ou du dégoût. Enquête par corps, enquête par initiation, nous faisons le choix de documenter nos propres chemins de mise en sensibilité et en disponibilité aux phénomènes concernés, en nous appuyant notamment sur la technique de l’entretien d’explicitation pour « descendre » plus finement dans nos capacités à décrire les sensibilités cultivées par la pratique de la géobiologie. Il s’agit ainsi de documenter nos trajectoires personnelles sur la durée du chantier, et de qualifier les expériences esthétiques en question, que ce soit par des mots, des récits, des images ou des couleurs, à même de saisir les intensités relationnelles en présence ; mais également de les articuler avec les mesures qui sont utilisées par les praticiens de la géobiologie, et qui sont par ailleurs l’objet de débats constants.

Cette auto-ethnographie collaborative nous permet de nourrir la deuxième énigme qui anime notre chantier : En quoi les sensibilités cultivées par la géobiologie sont-elles partageables, comment les décrire comme des expériences esthétiques, et comment le qualitatif et le quantitatif s’articulent-ils dans leurs descriptions ?

Bibliographie

  • Bardet, Marie, Clavel, Joanne et Ginot, Isabelle (dir.) (2019), Écosomatiques. Penser l’écologie depuis le geste, Montpellier, Deuxième époque.
  • Fries, Cécile, (2017), Géobiologie, Feng shui et démarche environnementale dans l’habitat : pratiques professionnelles et représentations, thèse de doctorat, Université de Lorraine.
  • Morizot, Baptiste. (2020), Manières d’être vivant. Actes Sud.
  • Puig de la Bellacasa, M. (2019), Re-animating soils: Transforming human–soil affections through science, culture and community. The Sociological Review ; 67(2):391-407.
  • Thayer, Robert (2003), Lifeplace. Bioregional thought and practice. Berkeley: University of California Press.
Cite this article as: collectifgeobiologie, "Géo-biologies," in Sensibilia, 31/05/2021, https://sensibilia.hypotheses.org/532.

Le collectif Géo-biologie se compose de :

  • Claire Revol
  • Jérémy Damian
  • Sébastien Depertat
  • Rainer Kazig
  • Olivier Labussière
  • Pascaline Thiollière

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.