Découvrir “Le champignon de la fin du monde “

Lecture présentée par Suzel Balez – 31 mai 2021

Anna TSING LOWENHAUPT, Le champignon de la fin du monde : sur la possibilité de vivre dans les ruines du capitalisme, Paris, 2017 (La Découverte, Les empêcheurs de penser en rond]. 418p.

Mots-clés :
Viabilité, enchevêtrements, agencements, aliénation, captation, scalabilité

Argument principal

Très prisés des Japonais, les matsutakes sont des champignons qui ne poussent plus au Japon. À travers leur(s) histoire(s), Anna Lowenhaupt-Tsing décrypte des entremêlements entre des mécanismes capitalistes (donc inter-humains) et des relations des humains à d’autres vivants non-humains. Si les matsutakes ne poussent plus au Japon c’est à la fois à cause de l’exode rural et parce que les Américains y ont importé leur propre conception de la gestion forestière. Si les matsutakes, fort chers, que les Japonais consomment aujourd’hui, viennent des forêts de l’Oregon en ayant transité par Toronto, c’est parce qu’il y a là-bas des forêts ravagées par l’exploitation du bois et laissées à l’abandon, où des travailleurs précaires, en marge du système, se rassemblent chaque soir en saison pour vendre leurs cueillettes à des grossistes qui les envoient au marché international de Toronto. Les chaînes d’approvisionnement mondiales sont donc au cœur des réflexions d’Anna Lowenhaupt-Tsing qui considère « qu’elles ont signé la fin des espoirs dans le progrès, compris comme la possibilité d’une amélioration collective » (p. 154). Elle montre comment ces chaînes se trouvent imbriquées dans ce qu’elle nomme des « agencements ouverts », « enchevêtrant différentes manières de vivre, chacun déployant à son tour une autre mosaïque de rythmes temporels et d’arcs spatiaux ». (p.35)

Intérêt pour la recherche Sensibilia

La mise en relation entre des appréhensions sensorielles parfois très fines (à la recherche des discrets matsutakes) et des mécanismes capitalistes mondiaux peut participer d’une ouverture à de nouvelles modalités attentionnelles. Certains concepts proposés par l’auteure semblent, à cette fin, prometteurs :Le paysage qui revendique, par ses origines dans la langue anglaise un lien direct avec l’idée de la gestion et de la réglementation (même s’il me semble que ça n’est pas le cas en français où on est plutôt dans une acceptation picturale). La traduction (à partir de l’acteur-réseau de Latour et Law et de Serre), « articulations entre les humains et les non-humains qui collaborent avec eux » (p. 319) « comme processus de complication et de création sous forme de patchs de savoirs » (p. 321). Les communs latents « enchevêtrements mutualistes et non antagonistes », « mobilisables pour une cause commune » (p.370). Les humains n’en détiennent jamais pleinement le contrôle mais peuvent chercher à ce qu’ils soient « suffisamment bons ».

Limites et critiques

La question de l’évaluation des entremêlements aurait sans doute mérité quelques développements : « nous avons à prêter attention aux évaluations à travers lesquelles nous reconnaissons qu’il y a perturbation ». Alors quelles évaluations mettre en place ? Avec quelles références ? Les croisements d’échelles opérés par Tsing (l’approche sensible à l’échelle des corps / les grands mouvements de marchandises sur la planète, le tout inséré dans un paysages de règles de fonctionnement) même si interrogés par les concepts proposés, restent difficile à appréhender en dehors d’exemples concrets

Autres références citées intéressantes

Kenneth Olwig, Recovering the substantive nature of landscape, 1996

Michel Callon, Éléments pour une sociologie de la traduction, La domestication de la coquille St Jacques et des marins pêcheurs dans la baie de Saint Brieuc, 1986

Michel Serres, La Traduction. Hermès III, Collection Critique 1974

Cite this article as: Léa Celle, "Découvrir “Le champignon de la fin du monde “," in Sensibilia, 12/11/2021, https://sensibilia.hypotheses.org/567.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.