Découvrir “Le grand orchestre des animaux”

Lecture présentée par Sébastien De Pertat – 31 mai 2021

KRAUSE Bernie (2012), Le grand orchestre des animaux. Célébrer la symphonie de la nature, Flammarion

Mots-clés :
Paysages sonores ; Écologie sonore ; Écoute ; Communauté acoustique

Argument principal

Bernie Krause est musicien, naturaliste et docteur en bioacoustique et a exercé une carrière de musicien jusqu’à ses 40 ans, avant de reprendre des études d’arts avec une spécialité en bioacoustique marine. Il a voyagé dans le monde entier pour enregistrer les milieux sonores d’habitats naturels peu transformés par les sociétés humaines urbaines et industrielles. Par son attention aux paysages sonores, il a voulu témoigner de la dégradation massive des écosystèmes induite par les activités humaines. Une exposition consacrée au travail de Bernie Krause, intitulée « Le grand orchestre des animaux », a été réalisée à l’initiative de la Fondation Cartier à Paris en 2016/2017.

L’argument principal de l’ouvrage – et qui a structuré une grande partie de ses recherches – est que les paysages sonores se présentent et sont structurés comme un tout cohérent et signifiant et qu’il est nécessaire de les appréhender dans cette globalité, plutôt que par une méthode réductionniste qui isole chaque partie (la vocalisation de tel animal, le chant de telle espèce). Il insiste sur le rôle important que jouent les particularités acoustiques d’un milieu sur la façon dont les organismes vivants le peuplent (p.38) et démontre l’importance des milieux sonores en tant que « collectivité acoustique » (p.100). Cette collectivité est organisée de telle sorte que chaque espèce se situe sur une niche acoustique précise, permettant à tout un chacun de se faire entendre, et aux différentes espèces de communiquer entre elles sans se gêner (ce que Vinciane Despret nomme « la règle de Krause »). De là est née l’hypothèse que « le comportement vocal collectif est peut-être plus pertinent pour la survie que les voix de chacun » (p.111). À partir des analyses par spectrogrammes, il commence à faire émerger des schémas, des motifs qui paraissent comme des structures musicales (p.97).

Intérêt pour la recherche Sensibilia

Nous pouvons relever plusieurs intérêts pour la recherche Sensibilia :

  • Des façons d’enquêter sur les milieux en étant attentifs aux qualités sonores d’un lieu, en fonction de ce qui est exprimé par les différentes composantes (biophonie, géophonie, anthropophonie), et en observant les possibles équilibres/déséquilibres qui se manifestent entre ces composantes.
  • Une façon d’entrer dans les problématiques liées à l’anthropocène (bouleversement des milieux de vie, changement climatique, effondrement de la biodiversité) par des dimensions sensibles : observer et documenter les conséquences de l’anthropocène
  • Pour les chantiers qui s’intéressent au medium sonore : une façon de s’interroger sur une pratique, un milieu, une enquête. Comment est-ce que « ça sonne » ? Qu’est-ce qui s’exprime sur un plan sonore ? Peut-on observer une logique, une cohérence, un équilibre ? Comment le rendre évident, manifeste ? (Par exemple Bernie Krause s’est appuyé sur des outils visuels : c’est par les spectrogrammes qu’il découvre la structure des paysages sonores).

Limites et critiques

Quelques limites et critiques sont à formuler :

  • On fait face à un récit assez linéaire (amplifié par la structure même de l’ouvrage), qui décrit une nature originelle idéalisée peu à peu détruite par les sociétés humaines. De même, il joue sur une opposition très tranchée entre des peuples indigènes qui ont entretenu des relations fortes avec leurs milieux naturels et des sociétés urbaines occidentales qui se sont coupées de la nature.
  • Le récit est aussi construit sur des terrains éloignés des nôtres et de nos quotidiens. On est, pas exclusivement mais la plupart du temps, sur des terrains très exotiques. Il ne rapporte pas non plus d’enquête qui aurait été faite sur le temps long. Ce qu’il relate ce sont plutôt des voyages de quelques semaines pour des séances d’enregistrements puis un retour en studio où se passe le gros du travail.

Autres références citées intéressantes

ABRAM David (1996), The Spell of the Sensuous, New York, Pantheon

BATESON Gregory (1979, 1984), La Nature et la Pensée, Seuil

SARNO Louis (1996), Bayaka : The Extraordinary Music of the Babenzélé Pygmies, Roslyn, NY, Ellipsis Art

Cite this article as: Sébastien De Pertat, "Découvrir “Le grand orchestre des animaux”," in Sensibilia, 26/11/2021, https://sensibilia.hypotheses.org/698.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.