Sur les traces des sources d’eaux chaudes de la Motte les Bains

« Grenoble, Ville d’eaux », où comment au cours de la seconde moitié du XIXe siècle Grenoble aurait pu devenir une ville thermale par l’adduction des eaux des sources chaudes de la Motte les Bains.

Dans le cadre du chantier « À la recherche des écologies territoriales de la métropole grenobloise » nous sommes partis, vendredi 16 juillet 2021, sur les traces des sources d’eaux chaudes de la Motte les Bains.

Sur les traces des sources d’eaux chaudes de la Motte les Bains – Nicolas Tixier, 16/07/2021

Nous étions accompagnés de Christophe Meuret, archéologue et de Sandra Martin-Martinasso, historienne, tous deux spécialistes de l’histoire du château de la Motte les Bains, village redevenu la Motte Saint-Martin quand les termes qui occupaient le château ont cessé d’être en fonction en 1926. Mis en service en 1962, le barrage hydraulique de Monteynard sur le Drac a fini par enfouir, sous plusieurs dizaines de mètres d’eau, les fameuses sources d’eaux chaudes renommées depuis l’époque romaine.

Continuer la lecture de « Sur les traces des sources d’eaux chaudes de la Motte les Bains »

Premiers pochoirs : puissances visuelle, narrative et médiale

Pochoirs, parvis de l’Ecole supérieure d’art et de design de Grenoble Crédit photographique : Yves Monnier

Sur le parvis de l’Ecole supérieure d’art et de design de Grenoble, deux panneaux sont posés à même le sol. Une fête étudiante a pris place dans cet espace étroit entre l’Ecole et la rue la semaine précédente. La danse a fini de consumer les énergies encore libres. Des empreintes de pas entremêlées marquent le panneau en Fermacell (à droite). Le flot de la rue suit la cadence du feu vert et du feu rouge. Le panneau en verre (à gauche) raconte une autre histoire. Il vient de pleuvoir à verse, sa surface est lessivée. Les arbres balancent leurs feuilles, une autre strate se compose. Nous retrouvons les panneaux après l’orage.

Continuer la lecture de « Premiers pochoirs : puissances visuelle, narrative et médiale »

Exploration des imprégnations atmosphériques

Le chantier « Imprégnations atmosphériques » propose une exploration des mondes de l’air et des atmosphères de vie. Il s’intéresse aux transformations ordinaires des sensibilités à l’air, par l’air et pour l’air. Loin d’aborder le domaine de l’aérien au singulier, de manière par trop générale et générique, ce chantier se rapporte bien plutôt à des airs pluriels et en contexte, en prêtant attention à leurs qualités, à leurs conditions et à leurs effets.

Le pari de ce chantier est de travailler sur l’expérience ordinaire, partagée et diffuse de l’air, en reconnaissant son caractère vital et sa permanence essentielle, tout en cherchant à mettre à jour ses singularités et ses variabilités selon les lieux, les situations, les climats, les écologies locales. Un des enjeux est alors de savoir comment documenter et activer un tel domaine qui se donne généralement comme allant de soi, relevant plutôt de l’ordre de l’évidence et ne se prêtant pas souvent à une attention particulière.

Continuer la lecture de « Exploration des imprégnations atmosphériques »

A la recherche des écologies territoriales de la métropole grenobloise

Formulation d’une énigme et d’une quête

Grenoble est une ville qui a toujours cultivé une relation de domination avec son environnement naturel. Cette domestication croissante des éléments s’est progressivement traduite par un processus volontaire de pétrification des paysages, de leurs sols et de leurs usages, mais également de mise à distance de leurs éléments les plus caractéristiques (plaines agricoles, rivières, collines et coteaux) rompant ainsi avec la continuité des infrastructures (vertes ou bleues) propres aux territoires d’une ville alpine. A l’heure du changement climatique et du défi environnemental, une question se pose : comment construire un projet de territoire autour de la mise en valeur de ressources communes et partagées susceptibles d’assurer la transition métropolitaine tout en articulant la métropole aux espaces qui lui sont adjacents ? Précisément, l’eau et la pente constituent à Grenoble deux éléments géographiques à la fois fondateurs de l’établissement humain et susceptibles de fédérer (au-delà du seul périmètre métropolitain), mais paradoxalement « invisibles » : ils ne constituent pas des espaces stratégiques au regard du développement urbain, participent peu au récit de la métropole, ne sont pas ou peu présents dans les représentations du quotidien et demeurent finalement confinés (géographiquement, culturellement et socialement) au regard de leurs usages. La fabrique de la résilience métropolitaine peut-elle passer par une reconsidération de ces deux éléments en questionnant leurs usages présents et passés tout comme les modes d’énonciation et les représentations qu’en ont les acteurs engagés dans la mise en projet et la planification de l’espace métropolitain ?

Carte postale – Grenoble – Le casque du Néron et la Vallée du Drac (non datée)
Continuer la lecture de « A la recherche des écologies territoriales de la métropole grenobloise »

Géo-biologies

Notre enquête procède par la rencontre de géobiologues dans la métropole grenobloise et sur des territoires proches (Vercors, Trièves et Drôme des collines). Elle aborde la géobiologie comme un ensemble de sensorialités attentives aux énergies terrestres et cosmiques, à partir desquelles sont développées des pratiques de conseil et de soin associées aux domaines de la santé naturelle et de l’éco-habitat (Fries, 2017). En pleine résurgence depuis une quinzaine d’années, la géobiologie recouvre un ensemble de sensorialités et de formes d’attention à l’égard des milieux de vie.

Une sensibilité instrumentée: les baguettes du géobiologue, Grenoble, Claire Revol, 25/05/2021
Continuer la lecture de « Géo-biologies »

A la rencontre de la strate anthropocénique

Le chantier ‘strates’ est né de la rencontre entre des chercheur.es travaillant sur l’expérience sensible des milieux de vie dans l’Anthropocène et l’artiste plasticien Yves Monnier. Yves travaille sur la relation entre la mémoire, la matérialité de l’image numérique et le paysage. Il demande au paysage sa participation : des images de grande dimension sont collées sur des cadres de matériaux différents (Fermacell, médium, verre) agissant comme pochoirs que les processus atmosphériques contribuent à imprégner. Après un temps de dépose en extérieur, le pochoir est repris à l’atelier où Yves décolle le négatif de l’image pour en révéler un positif atmosphérique. Dans la cuvette grenobloise, où l’atmosphère agit comme un collecteur des rejets anthropiques, quinze jours suffisent pour obtenir du paysage sa participation à la création d’une image.

Prototypes de pochoirs déposés à l’ENSAG, Grenoble, 11 mars 2021
Photographie : Laure Brayer
Continuer la lecture de « A la rencontre de la strate anthropocénique »