Découvrir “Le grand orchestre des animaux”

Lecture présentée par Sébastien De Pertat – 31 mai 2021

KRAUSE Bernie (2012), Le grand orchestre des animaux. Célébrer la symphonie de la nature, Flammarion

Mots-clés :
Paysages sonores ; Écologie sonore ; Écoute ; Communauté acoustique

Argument principal

Bernie Krause est musicien, naturaliste et docteur en bioacoustique et a exercé une carrière de musicien jusqu’à ses 40 ans, avant de reprendre des études d’arts avec une spécialité en bioacoustique marine. Il a voyagé dans le monde entier pour enregistrer les milieux sonores d’habitats naturels peu transformés par les sociétés humaines urbaines et industrielles. Par son attention aux paysages sonores, il a voulu témoigner de la dégradation massive des écosystèmes induite par les activités humaines. Une exposition consacrée au travail de Bernie Krause, intitulée « Le grand orchestre des animaux », a été réalisée à l’initiative de la Fondation Cartier à Paris en 2016/2017.

L’argument principal de l’ouvrage – et qui a structuré une grande partie de ses recherches – est que les paysages sonores se présentent et sont structurés comme un tout cohérent et signifiant et qu’il est nécessaire de les appréhender dans cette globalité, plutôt que par une méthode réductionniste qui isole chaque partie (la vocalisation de tel animal, le chant de telle espèce). Il insiste sur le rôle important que jouent les particularités acoustiques d’un milieu sur la façon dont les organismes vivants le peuplent (p.38) et démontre l’importance des milieux sonores en tant que « collectivité acoustique » (p.100). Cette collectivité est organisée de telle sorte que chaque espèce se situe sur une niche acoustique précise, permettant à tout un chacun de se faire entendre, et aux différentes espèces de communiquer entre elles sans se gêner (ce que Vinciane Despret nomme « la règle de Krause »). De là est née l’hypothèse que « le comportement vocal collectif est peut-être plus pertinent pour la survie que les voix de chacun » (p.111). À partir des analyses par spectrogrammes, il commence à faire émerger des schémas, des motifs qui paraissent comme des structures musicales (p.97).

Continuer la lecture de « Découvrir “Le grand orchestre des animaux” »

Découvrir “Le champignon de la fin du monde “

Lecture présentée par Suzel Balez – 31 mai 2021

Anna TSING LOWENHAUPT, Le champignon de la fin du monde : sur la possibilité de vivre dans les ruines du capitalisme, Paris, 2017 (La Découverte, Les empêcheurs de penser en rond]. 418p.

Mots-clés :
Viabilité, enchevêtrements, agencements, aliénation, captation, scalabilité

Argument principal

Très prisés des Japonais, les matsutakes sont des champignons qui ne poussent plus au Japon. À travers leur(s) histoire(s), Anna Lowenhaupt-Tsing décrypte des entremêlements entre des mécanismes capitalistes (donc inter-humains) et des relations des humains à d’autres vivants non-humains. Si les matsutakes ne poussent plus au Japon c’est à la fois à cause de l’exode rural et parce que les Américains y ont importé leur propre conception de la gestion forestière. Si les matsutakes, fort chers, que les Japonais consomment aujourd’hui, viennent des forêts de l’Oregon en ayant transité par Toronto, c’est parce qu’il y a là-bas des forêts ravagées par l’exploitation du bois et laissées à l’abandon, où des travailleurs précaires, en marge du système, se rassemblent chaque soir en saison pour vendre leurs cueillettes à des grossistes qui les envoient au marché international de Toronto. Les chaînes d’approvisionnement mondiales sont donc au cœur des réflexions d’Anna Lowenhaupt-Tsing qui considère « qu’elles ont signé la fin des espoirs dans le progrès, compris comme la possibilité d’une amélioration collective » (p. 154). Elle montre comment ces chaînes se trouvent imbriquées dans ce qu’elle nomme des « agencements ouverts », « enchevêtrant différentes manières de vivre, chacun déployant à son tour une autre mosaïque de rythmes temporels et d’arcs spatiaux ». (p.35)

Continuer la lecture de « Découvrir “Le champignon de la fin du monde “ »

Découvrir “La vie des plantes”

Lecture présentée par Jean-Paul Thibaud – 15 avril 2021

Coccia, Emanuele (2016). La vie des plantes: une métaphysique du mélange. Paris : Payot & Rivages.

Mots-clés :
Plante – Atmosphère – Air – Mélange – Immersion – Souffle – Respiration – Cosmologie – Être-au-monde

Argument principal

Ce court essai philosophique se saisit de la vie des plantes pour élaborer une métaphysique très originale du mélange universel. Le texte à des accents aussi bien philosophiques que scientifiques et poétiques. Il a une capacité à voyager dans divers registres de pensée et d’expression à partir d’une très belle écriture. Il part de l’idée que la plante est la forme la plus paradigmatique de l’être-au-monde, mieux encore elle « fait monde » en rendant la vie possible (photosynthèse) et en produisant le milieu dans lequel elle vit (adhésion maximale à son environnement issue de son absence de mobilité). Un des arguments de base : « être-au-monde est une expérience d’immersion » (tout est dans tout selon Anaxagore). La plante donne ainsi matière 1) à une théorie de la feuille qui affirme que nous habitons l’atmosphère (plutôt que la terre) et qui pense l’immersion en terme de souffle (référence aux stoïciens), 2) à une théorie de la racine qui thématise le caractère hybride des milieux et articule l’enchevêtrement étroit entre l’air et la terre, 3) et à une théorie de la fleur qui s’ouvre à une cosmologie faite de métamorphose de soi, de mélange intégral et de devenir autre (la fleur se rapporte au sexe, « la forme suprême de la sensibilité »). Pensé à partir des plantes, ce paradigme de l’immersion permet de préciser l’idée de mélange : non pas comme juxtaposition ou composition de choses disparates, non pas comme fusion qui annihile la singularité des éléments, mais comme mélange où se partage un même souffle sans perdre l’identité de chaque corps ou substance. L’atmosphère est au centre de cet essai, avec le souffle qui lui est associé : « Le souffle c’est l’art du mélange, ce qui permet à tout objet de se mélanger au reste des choses, de s’y immerger. » (p. 72)

Continuer la lecture de « Découvrir “La vie des plantes” »

Découvrir “Wet ontologies, fluid spaces : Giving depth to Volume Oceanic thinking” et “The ocean inExcess : Towards a More-than-Wet Ontology”

Lecture présentée par Damien Masson – 15 avril 2021

Peters, Kimberley et Steinberg, Philip (2019). «The ocean in excess: Towards a more-than-wet ontology». Dialogues in Human Geography, Vol.9, N°3, p.293‑307. DOI : 10.1177/2043820619872886

Steinberg, Philip et Peters, Kimberley (2015). «Wet Ontologies, Fluid Spaces: Giving Depth to Volume through Oceanic Thinking». Environment and Planning D: Society and Space, Vol.33, N°2, p.247‑264. DOI : https://doi.org/10.1068%2Fd14148p

Mots-clés :
Ontologie (plus que) humides/mouillées – Liquidité – Océan – Volume – Profondeur – Excès è Impermanence – Turbulence

Argument principal

L’enjeu du 1er texte est de se décaler des travaux (de géographes en particulier) sur la mer ou l’océan, pour plutôt penser par (à travers) lui, en partant de sa matérialité caractéristique. À travers la notion d’ontologie humide – ou mouillée – (qui renvoie à la fois à la qualité liquide de la mer, et au ressenti humide que l’on en aurait) les auteurs proposent de redéfinir nos manières d’appréhender le monde et d’ouvrir de nouveaux cadres pour la pensée géographique. Se fondant dans un premier temps sur la caractéristique ondulatoire de l’océan, à travers ses vagues et ses courants, les auteurs construisent ensuite plusieurs modes d’appréhension du monde rendus possibles par leur ontologie dont je retiens : le territoire, qui pensé de manière volumétrique et labile complique l’appréhension de ses éventuelles frontières et de sa régulation ; la matière et le temps, où les auteurs proposent une géopolitique de l’anthropocène prise au prisme de leur ontologie et devient compréhensible moins comme une nouvelle strate terrestre que comme un assemblage, en perpétuelle recomposition, tant aux niveaux physico-chimique, biotiques, vécus et politiques. In fine, ces arguments contribuent à la justification d’une pensée du territoire avec le volume, avec la turbulence, l’impermanence et l’immanence, qui contribue à altérer nos écologies sensibles, nos modes de relation au monde et penser en extension les effets que cela a sur le gouvernement des sociétés.

Le second texte affine le premier et précise ses potentielles implications écologiques (au sens de l’écologie sensible). Son enjeu consiste à développer une approche plus humaniste et sensible de l’océan en s’appuyant cette fois-ci sur son caractère excessif : qui existe au-delà de ses limites a priori que celles-ci soient matérielles, relationnelles, imaginaires ; qui déborde une forme, une matérialité ; qui est un espace en constante multiplication ; qui par définition est toujours au-delà de lui. A ces titres, cette seconde ontologie plus-que-mouillée entendexprimer cette dimension métaphysique de l’océan. Pour cela, ils vont construire trois plans d’appréhension de l’océan : the oceanwithin, par lequel ils développent ses dimensions non représentationnelles ; the oceanbeyond, où ils développent sa dimension matérielle ; puis the oceanimagined où ils concluent en montrant l’enjeu de la prise en considération de ses dimensions représentationnelles pour appréhender les renouvellements ontologiques qu’ils appellent de leurs vœux. Ce texte nous intéressera probablement plus que le précédent si l’on travaille dans la perspective sensible même si les effets d’une telle « ontologie » ne paraissent pas évidents de prime abord (à part à rappeler l’enjeu à penser le non, le plus que et le désigné comme étant toujours coextensifs). En revanche, la reprise à leur compte par les auteurs de la notion d’Hypersea (qui va progressivement se substituer à l’océan ou la mer) est intéressante par sa puissance performative : en faisant advenir toutes les connexions possibles et tous les registres d’appréhension à la fois. Pour autant, son efficace pratique parait moins fort que celui de l’ontologie mouillée dont les effets sur un potentiel renouvellement des catégories de la géopolitique marine semblent probablement plus opératoires.

Continuer la lecture de « Découvrir “Wet ontologies, fluid spaces : Giving depth to Volume Oceanic thinking” et “The ocean inExcess : Towards a More-than-Wet Ontology” »

Découvrir “L’homme qui marche”

Lecture présentée par Laure Brayer – 15 janvier 2021

Taniguchi, Jirô. (2017 (1992)). L’homme qui marche. Tournai : Casterman, 196 p. Collection écritures.

Mots-clés :
Marche ; Écologie urbaine ; Récit initiatique ; Disponibilité ; Attention ; Rythme

Argument principal

L’homme qui marche est le premier album personnel du mangaka Jirô Taniguchi. Il est constitué de 19 chapitres témoignant de scénettes de la vie quotidienne d’un homme, qui, venant d’emménager, s’autorise par la marche à découvrir son nouvel environnement et, tous sens ouverts, à entrer en relation avec son milieu. Ainsi commence un récit initiatique marqué de philosophie zen, puisque l’homme accepte tout ce qui se présente à lui – sensations, émotions, rencontres, incidents – et l’accueille comme une invitation à cheminer dans un exercice de l’attention.

Cette initiation progressive repose sur 4 principaux éléments :

  • Une prédisposition : L’homme fait preuve d’un état d’esprit particulier (composé de curiosité, bienveillance et désir de découverte) nécessaire pour débuter sa quête.
  • La marche et l’étonnement comme méthode : C’est par la marche, qui met en mouvement et autorise des rencontres heuristiques que l’homme évolue : une marche en pleine conscience, attentive à la texture du sol, aux sensations, à l’effort du corps en mouvement au contact du monde, qui ne présage rien, ne recherche rien de précis, mais permet de s’immerger et de s’inscrire dans le milieu en s’ancrant dans l’ici et maintenant.
  • La capacité à répondre à des invitations lancées par ses émotions, ses sensations, ses intuitions : Ici l’induction prime et repose sur une attention envers ce qui est discret, tonal, non signifiant, envers une esthétique particulière et des variations d’ambiance considérées alors comme autant d’invitations à explorer plus loin.
  • Des rencontres et micro-événements comme sources d’enseignement : celles-ci peuvent être humaines, animales, mais aussi climatiques, et révèlent alors les potentiels atmosphériques de certains milieux. Cette manière de prendre au sérieux ces différentes rencontres et de suivre les traces qu’elles ouvrent, nous rappelle la philosophie du pistage proposée par Baptiste Morizot.
Continuer la lecture de « Découvrir “L’homme qui marche” »

Découvrir “Métaphysique cosmomorphes. La fin du monde humain”

Lecture présentée par Olivier Labussière – 15 avril 2021

Montebello, Pierre (2015). Métaphysiques cosmomorphes la fin du monde humain. Dijon : Presses du Reel.

Mots-clés :
Critique de l’anthropocentrisme – Cosmos – Participation – consistance

Argument principal

Ce livre propose une cartographie de tentatives contemporaines de cosmologies non anthropocentrées. L’auteur aborde quatre approches: l’ontologie mathématique (Badiou, Meillassoux), le vitalisme ontologique (Deleuze et Guattari), l’anthropologie multi-naturaliste (Descola, Viveiros de Castro), la sociologie des réseauxet la cosmopolitique (Latour). Le but n’est pas de convertir le lecteur à l’une d’elle, mais d’en faire une étude raisonnée. Comment penser l’être sans recourir à une instance préalable (ex. la Raison, Dieu) qui en limite les formes et en arrête les qualités a priori ? Comment penser un monde commun ? Chez Badiou, le langage mathématique serait seul capable à dire l’être dans l’infinité de ses formes sans dogmatisme : cette ontologie organisée par des multiplicités homogènes serait néanmoins indifférentes à ce qui fait la consistance des êtres et leur cohésion en un monde commun. Montebello distingue cette proposition des suivantes qui tiennent compte des singularités des êtres et de leurs interdépendances. Deleuze valorise l’idée que chaque forme d’être a un rapport intensif à soi (ouverture au Dehors, aux intensités pures) et un rapport expressif au monde (l’être habite par sa forme sensiblement le monde). Montebello rapproche cette théorie de l’univocité (tous les êtres procèdent d’une même nature et ont un commun expressif) des cultures animistes. Celles-ci fournissent à l’anthropologie un référentiel à la fois relationnel, perspectiviste et immanent : la capacité à former un point de vue est universellement distribuée entre les êtres (arbre, pierre, animal…) et les êtres ont entre eux des liens de parenté et des capacités de métamorphose qui leur permet de communiquer. Dans la sociologie latourienne, le cosmos n’est pas donné : il relève d’une cosmopolitique, donc de principes intégrateurs qui restent à forger collectivement. Montebello souligne la tendance de cette approche à survaloriser la science (procédures pour faire parler l’être) et l’économie (commensurabilité des intérêts) afin de trouver la meilleure redistribution ontologique des êtres. En définitive, il ne s’agit pas de passer d’un idéal anthropomorphe à un idéal cosmomorphe universel, mais d’apprendre d’une diversité de pensées cosmomorphiques pour caractériser la consistance des êtres dans leur relation au monde.

Continuer la lecture de « Découvrir “Métaphysique cosmomorphes. La fin du monde humain” »

Découvrir “Sick Building Syndrome and the Problem of Uncertainty”

Lecture présentée par Jérémy Damian – 25 mars 2021

Michelle Murphy, 2006, Sick Building Syndrome and the Problem of Uncertainty — Environmental Politics, Technoscience, and Women Workers, Durham & London, Duke University Press, 253 pages

Mots-clés :
Syndrome de l’immeuble malsain, Toxicité, sensation, régime de perceptibilité, matérialisation, abjection, genre,

Argument principal

L’histoire des pollutions industrielles commence à être très bien documentée, l’histoire des pollutions non-industrielles reste sous-éclairée. Le livre retrace l’histoire des pratiques qui ont permis de rendre perceptibles et appréhendables certains risques environnementaux sur la santé qui relèvent de la deuxième catégorie.En l’occurrence, le «syndrome du bâtiment malsain» (sick building syndrome) apparu au tournant des 80’s et que l’auteur lie à l’établissement d’une certaine norme de confort et l’apparition de nouveaux types d’espaces intérieurs à partir des 50’s. Ce confort intérieur a produit une menace nouvelle, celle par laquelle nous pourrions être rendus malades par les espaces intérieurs qui nous sont les plus quotidiens. L’émergence de cette menace a été d’autant plus difficile à établir et à faire valoir que les troubles associés ne correspondent ni à des «maladies» ni à des «germes» pathogènes identifiés. Elle se fait sur le fond de troubles non spécifiques et non-linéaires. Son existence et sa reconnaissance n’en a été que plus problématique.Les chapitres 3 et 4 du livre racontent l’histoire d’un contraste, qui est aussi une lutte, entre deux manières de faire droits à ces troubles. D’un côté le laboratoire toxicologique qui constitue le laboratoire de l’expertise scientifique des questions de toxicité chimique. Et de l’autre, le modèle de l’«épidémiologie populaire» (Phil Brown, 1987). Le premier construit un format d’expertise qui suppose des réactions standardisées, des corps statistiquement moyens et en extrapole des «valeurs limite de seuil» et un modèle de lecture causale linéaire : la courbe dose-effet. Le second, en revanche, renvoie à une forme d’activisme mené par des collectifs de femme (au foyer, employées secteur tertiaire), qui vont, au début des 80’s, faire du porte à porte pour agréger des symptômes, des faisceaux de présomption pour, progressivement, cerner les intérieurs comme des espaces contaminés et nocifs.L’intérêt du livre portant sur la description de cet type de mobilisation collective par lequel ces femmes ne se sont pas seulement constituées comme des victimes de ces pollutions, elles en sont devenues des enquêtrices à même de faire valoir leur contre-expertise collective. L’enquête cognitive est également une enquête sociale, existentielle et sensorielle.Leur mobilisation a eu le mérite d’instaurer le problème tout différemment en le faisant exister publiquement non pas un niveau individuel en accumulant des organismes malades et défaillants, mais en agrégeant, à l’échelle d’un quartier, un immeuble, une communauté de troubles. Il ne s’agit dès lors plus seulement d’un problème purement physiologique et privé mais d’un problème collectif, politique, publique dont on peut dresser la carte.

Continuer la lecture de « Découvrir “Sick Building Syndrome and the Problem of Uncertainty” »

Découvrir “Réveiller le tigre”

Lecture présentée par Yves Monnier – 25 mars 2021

Levine, Peter A. (2019). Réveiller le tigre: guérir le traumatisme. Paris, France : InterEditions. 239 p.

Mots-clés :
Sensivité – Ressenti – Perception – Archéologie du cerveau – Comportements animaux, humains et animaux-humains – Felt sens – Gesalt – Rythmique – Compositions et recompositions mémorielles – Mosaïque

Argument principal

Dans la première partie du livre Peter A. Levine nous expose ses observations sur la gestion des traumatismes chez différentes espèces d’animaux. En effet, il s’intéresse depuis 1970 à cette libération instinctuelle de la sortie du traumatisme chez les animaux. Dans la suite du livre il explique de quelle manière il a transposé ses découvertes du monde animal à l’être humain et a développé la Somatic Experiencing. Puis son écrit poursuit sur le fonctionnement détaillé de sa méthode psycho-corporelle de guérison du traumatisme. Il permet à qui le souhaite d’explorer la question des traumatismes par le biais de sa propre histoire individuelle. Le livre décrit étape par étape la formation, le fonctionnement et la résolution d’un traumatisme psycho-affectif. L’avancée majeure du travail de Peter A. Levine est d’avoir eu l’intuition suite à ses observations du monde animal que le lieu du figement lors d’un traumatisme n’est pas le cerveau mais le système nerveux central : le nerf vagal en l’occurrence. Dans cette méthode Peter A. Levine introduit la notion de ressenti et permet d’y accéder de manière relativement simple. Le felt sens y est décrit comme un sens à part entière : « l’aura interne qui englobe tout ce que vous ressentez et connaissez sur un sujet donné à un moment donné qui l’englobe et vous le communique comme un tout plutôt que détail par détail » (Cf p.57). En conclusion, Peter A. Levine nous montre que la guérison du traumatisme ne peut se produire qu’au niveau du lien entre notre système nerveux et notre le cerveau car c’est là que se situe les dysfonctionnements issus des chocs traumatiques.

Continuer la lecture de « Découvrir “Réveiller le tigre” »

Découvrir “La part des nuages”

Lecture présentée par Gaëlle Vigné – 25 mars 2021

Vinau, Thomas (2017). La part des nuages. Paris, France : 10-18. 116 p.

Mots-clés :
Itinérance du quotidien – Suivre les nuages – Enchevêtrement de déséquilibres équilibrés – Attention aux riens qui font un tout – L’insensibilité par le sensible

Argument principal

La part des nuages est un livre du percevoir, du sentir, du regarder, un livre des éléments, de la pluie, du ciel, de la terre, du vent, mais aussi et surtout du corps. C’est une ode au vivant, à l’observation et à la description des sensorialités terrestres, un livre philosophique et poétique du fait quotidien où une parenthèse de vie s’ouvre pour absorber une discontinuité.
Ici, c’est l’histoire d’un papa, Joseph 37 ans, et de son fils Noé qui lui tient la tête hors de l’eau après que sa femme l’ait quitté. Noé part pour la première fois une semaine chez maman, en garde alternée, et Joseph ne respire plus. Nous partons alors avec Joseph pour une semaine d’expériences sensibles et corporelles, en plongeant dans le monde, dans l’être là, dans un habiter du quotidien dans lequel Joseph se débat. Ou pas.
C’est une aventure du quotidien, la quotidienneté d’aventures humaines, de parcours de vie, qui fait apparaître le rôle, la mécanique des sens. Ces sens qui cadencent, qui rythment chaque instant, leurs débuts et leurs fins, leurs passages d’une étape à une autre, comme une forme de saisonnalité des sens. Il y a à chaque page un état du présent, de la présence du corps en tant que vecteur de perceptions d’un soi, d’un tout.

Continuer la lecture de « Découvrir “La part des nuages” »

Découvrir “La nécessité du paysage”

Lecture présente par Théa Manola – 25 mars 2021

Besse, Jean-Marc (2018). La nécessité du paysage. Marseille : Parenthèses. 122 p. Collection la nécessité du paysage.

Mots-clés :
Paysage – Écologie -Projet – Enseignement/Didactique

Argument principal

Dans cet ouvrage le paysage est abordé comme « une méthode, un foyer de questionnements sur les sociétés et leurs espaces, et un horizon de sens pour l’action et la pensée » (p. 112). L’auteur part de l’idée que notre époque est celle de la géographie (de par l’atterrissage nécessaire de toute pensée), et que le visage de cette géographie est le paysage. Dans ce cadre, des demandes et modes de vie (ou d’existence) « nouvelles » redéfinissant les rapports à la nature et à la ville existent + des pensées qui redéfinissent les métiers et pratiques de projet naissent. En cela le paysage, son projet et son enseignement évoluent et c’est sur ces 3 aspects que l’ouvrage s’attache : comment le paysage se défini (partie 1) ; comment on peut agir (avec le paysage) (partie 2) ; comment on peut enseigner le paysage ? (partie 3).

Continuer la lecture de « Découvrir “La nécessité du paysage” »