Géo-biologies

Notre enquête procède par la rencontre de géobiologues dans la métropole grenobloise et sur des territoires proches (Vercors, Trièves et Drôme des collines). Elle aborde la géobiologie comme un ensemble de sensorialités attentives aux énergies terrestres et cosmiques, à partir desquelles sont développées des pratiques de conseil et de soin associées aux domaines de la santé naturelle et de l’éco-habitat (Fries, 2017). En pleine résurgence depuis une quinzaine d’années, la géobiologie recouvre un ensemble de sensorialités et de formes d’attention à l’égard des milieux de vie.

Une sensibilité instrumentée: les baguettes du géobiologue, Grenoble, Claire Revol, 25/05/2021
Continuer la lecture de « Géo-biologies »

A la rencontre de la strate anthropocénique

Le chantier ‘strates’ est né de la rencontre entre des chercheur.es travaillant sur l’expérience sensible des milieux de vie dans l’Anthropocène et l’artiste plasticien Yves Monnier. Yves travaille sur la relation entre la mémoire, la matérialité de l’image numérique et le paysage. Il demande au paysage sa participation : des images de grande dimension sont collées sur des cadres de matériaux différents (Fermacell, médium, verre) agissant comme pochoirs que les processus atmosphériques contribuent à imprégner. Après un temps de dépose en extérieur, le pochoir est repris à l’atelier où Yves décolle le négatif de l’image pour en révéler un positif atmosphérique. Dans la cuvette grenobloise, où l’atmosphère agit comme un collecteur des rejets anthropiques, quinze jours suffisent pour obtenir du paysage sa participation à la création d’une image.

Prototypes de pochoirs déposés à l’ENSAG, Grenoble, 11 mars 2021
Photographie : Laure Brayer
Continuer la lecture de « A la rencontre de la strate anthropocénique »

Découvrir “Penser comme un iceberg”

Lecture présentée par Rachel Thomas – 15 janvier 2021

Remaud, Olivier et Garat, Anne-Marie (2020). Penser comme un iceberg. Arles, France : Actes Sud. Mondes Sauvages.

Mots-clés :
Glace – Vie sauvage – Partenaires – Formes de vie – Cohabiter avec discrétion – Être à l’écoute

Argument principal

Tout le travail d’Olivier Remaud dans cet ouvrage est d’«installer un trouble dans le discours» commun(p.50) en arguant – à partir de ce qu’il appelle des «albums d’expérience», c’est-à-dire des récitsd’explorateurs, de scientifiques, d’autochtones – que la glace, sous toutes ses formes (banquise, glaciers,icebergs…) constitue moins un paysage sublime environnant les humains qu’un partenaire partageant lacondition de l’humanité. La glace est animée de milles vies et mouvements. Elle naît (ou veule dans le casprécis de l’iceberg), se déplace et change d’état en à peine quelques heures, se retourne, s’épaissit puis sefissure ou se brise au rythme des marées, des courants et du blizzard, de la présence et de l’activité deshommes. Continuellement prise dans des relations d’interdépendances, de normes et de significations, ellesous-tend et organise des formes de vie humaines plurielles: formes d’habitat et manières d’habiter variablesen fonction des saisons; rythmes et manières de se déplacer selon l’état des surfaces gelées; possibilités etmodalités de la vie sociale; récits imaginaires et fables sociales…Imprévisible et fragile – elle partage avecle monde animal la capacité à apparaître puis à disparaître soudainement – la glace exige pour vivre en saprésence «de ne jamais cesser de la regarder» (p.123) et de l’écouter, de négocier, bref de cohabiterdiscrètement avec elle en respectant une certaine distance. La proposition d’Olivier Remaud consisteprécisément à ouvrir la science à ces savoirs et savoirs-sentir et percevoir animistes pour trouver lescatégories interprétatives et descriptives susceptibles de rendre intelligible ce partenariat.

Continuer la lecture de « Découvrir “Penser comme un iceberg” »

Découvrir “Inhuman nature. Sociable Life on Dynamic Planet”

Lecture présentée par Olivier Labussière – 15 janvier 2021

Clark Nigel, (2011), Inhuman Nature. Sociable Life on a Dynamic Planet, London : SAGE https://sk.sagepub.com/books/inhuman-nature

Mots-clés :
Nature ∙ Société ∙Relation asymétrique ∙ Altérité radicale ∙ Hospitalité

Argument principal

Ce livre est une proposition non-anthropocentrée de “retour sur terre”. La terre n’est pas un corps passif, conditionné par l’habitation humaine. C’est un ensemble de forces matérielles et cosmiques qui dépassent en échelle, en intensité, en variations les capacités humaines à l’appréhender. Ses dynamiques intrinsèques suscitent des tsunamis, des tremblements de terre, des extrêmes climatiques, des ouragans, des incendies géants. Entre le terrestre et l’humain la relation n’est pas symétrique mais asymétrique. C’est là une proposition centrale de l’ouvrage discutée à partir des pensées de Deleuze, de Bataille, de Serres, de Stengers et de Lévinas. Clark bouscule le paradigme relationnel régulièrement adossé à un principe d’harmonie préalable entre l’humain et le monde (tradition phénoménologique), ou encore d‘analyse symétrique’ entre les agents accordant à ces derniers (humains, non-humains) des pouvoirs équivalents (Latour). Le terrestre a une part excessive. Les situations de catastrophe ne font pas qu’altérer les infrastructures ou chaînes sociotechniques essentielles à nos sociétés, elles mettent en mouvement des forces naturelles que nous pensions stables et qui constituaient nos sols, nos paysages. Face à leur disparition, nous éprouvons leur altérité (otherness) radicale, et nous découvrons l’injustice de nos organisations socio-spatiales. Clark termine son ouvrage sur l’idée que vivre sur une planète turbulente oblige à repenser nos façons de faire communauté et nos principes d’hospitalité. Les asymétries radicales entre le terrestre et l’humain feraient naître des réciprocités nouvelles entre les humains.

Continuer la lecture de « Découvrir “Inhuman nature. Sociable Life on Dynamic Planet” »