Exploration des imprégnations atmosphériques

Le chantier « Imprégnations atmosphériques » propose une exploration des mondes de l’air et des atmosphères de vie. Il s’intéresse aux transformations ordinaires des sensibilités à l’air, par l’air et pour l’air. Loin d’aborder le domaine de l’aérien au singulier, de manière par trop générale et générique, ce chantier se rapporte bien plutôt à des airs pluriels et en contexte, en prêtant attention à leurs qualités, à leurs conditions et à leurs effets.

Le pari de ce chantier est de travailler sur l’expérience ordinaire, partagée et diffuse de l’air, en reconnaissant son caractère vital et sa permanence essentielle, tout en cherchant à mettre à jour ses singularités et ses variabilités selon les lieux, les situations, les climats, les écologies locales. Un des enjeux est alors de savoir comment documenter et activer un tel domaine qui se donne généralement comme allant de soi, relevant plutôt de l’ordre de l’évidence et ne se prêtant pas souvent à une attention particulière.

Continuer la lecture de « Exploration des imprégnations atmosphériques »

A la recherche des écologies territoriales de la métropole grenobloise

Formulation d’une énigme et d’une quête

Grenoble est une ville qui a toujours cultivé une relation de domination avec son environnement naturel. Cette domestication croissante des éléments s’est progressivement traduite par un processus volontaire de pétrification des paysages, de leurs sols et de leurs usages, mais également de mise à distance de leurs éléments les plus caractéristiques (plaines agricoles, rivières, collines et coteaux) rompant ainsi avec la continuité des infrastructures (vertes ou bleues) propres aux territoires d’une ville alpine. A l’heure du changement climatique et du défi environnemental, une question se pose : comment construire un projet de territoire autour de la mise en valeur de ressources communes et partagées susceptibles d’assurer la transition métropolitaine tout en articulant la métropole aux espaces qui lui sont adjacents ? Précisément, l’eau et la pente constituent à Grenoble deux éléments géographiques à la fois fondateurs de l’établissement humain et susceptibles de fédérer (au-delà du seul périmètre métropolitain), mais paradoxalement « invisibles » : ils ne constituent pas des espaces stratégiques au regard du développement urbain, participent peu au récit de la métropole, ne sont pas ou peu présents dans les représentations du quotidien et demeurent finalement confinés (géographiquement, culturellement et socialement) au regard de leurs usages. La fabrique de la résilience métropolitaine peut-elle passer par une reconsidération de ces deux éléments en questionnant leurs usages présents et passés tout comme les modes d’énonciation et les représentations qu’en ont les acteurs engagés dans la mise en projet et la planification de l’espace métropolitain ?

Carte postale – Grenoble – Le casque du Néron et la Vallée du Drac (non datée)
Continuer la lecture de « A la recherche des écologies territoriales de la métropole grenobloise »

Découvrir “Le retour de Moby Dick”

Lecture présentée par Sébastien De Pertat – 15 janvier 2021

SARANO François (2020), Le retour de Moby Dick. Ou ce que les cachalots nous enseignent sur les océans et les hommes, Actes Sud, Arles

Mots-clés :
Mondes sous-marins; océanographie; relations humains/non-humains; éthologie; umwelt

Argument principal

Dans cet ouvrage, l’océanographe François Sarano raconte ses rencontres avec les cachalots, dans un milieu radicalement différent du notre. Il s’attache à montrer toute la complexité et la sensibilité de ces êtres, à travers leur histoire évolutive, leurs capacités cognitives, leurs comportements socio-culturels. François Sarano fait partie des premiers scientifiques à approcher les cachalots, non plus depuis le pont d’un bateau mais en se plongeant pleinement dans leur milieu. Il témoigne de la curiosité des individus rencontrés envers les plongeurs, en particulier des plus jeunes, qui sont parmi les premières générations à n’avoir pas connu la chasse, stoppée à partir de1983. Pour l’océanographe, ces rencontres, qui se font toujours «à l’initiative de l’animal» (p.50), témoignent du fait que «les cachalots [ont] changé d’attitude à notre égard» (p.51). Il démontre toute la richesse de cette espèce animale notamment à travers les comportements sociaux (une solidarité clanique qui l’amène à parler de «cerveau social» (p.146)) et la structure du langage (variations dialectales,transmissions culturelles, chapitres 10 et 11). François Sarano invite alors à retrouver «le sens du sauvage» (p.189): c’est en faisant ce pas de côté, en se plongeant dans des perceptions du monde qui nous sont radicalement autres, en allant à la rencontre d’une altérité profonde, que l’on pourra s’ouvrir à d’autres cosmologies et penser autrement notre cohabitation avec des «indispensables coloca-Terre sauvages» (p.194).

Continuer la lecture de « Découvrir “Le retour de Moby Dick” »

Découvrir “Pour une écologie du sensible”

Lecture présentée par Nathalie Audas – 15 janvier 2021

Jacques Tassin, Pour une écologie du sensible, Odile Jacob, 2020

Mots-clés :
Crise du rapport de la modernité à la Terre: perte de liens intimes/sensibles à la Nature, désolidarisation du Monde/déterrestration, sensible/rationnel, écologie (science, mode de pensée), habiter la Terre avec l’ensemble du vivant et du non-vivante

Argument principal

Ce livre vise à fonder une écologie différente moins rationaliste et plus empreinte d’humanité, d’animalité, de liens au vivant et non-vivant, trop longtemps écartés afin de renouer le contact entre l’Homme et la Nature. Partant du malentendu lié à l’opposition entre la raison et le sensible, comme source de renoncement du sujet à son/ses milieu(x),l’auteur montre l’impossibilité de nier le sensible comme primat de la vie,tant il participe de notre manière d’être au monde. Il propose la phénoménologie comme science possible pour renouveler l’approche actuelle de l’écologie.L’auteur souligne l’interconnexion, l’interpolation entre les êtres (Entrelacs) selon ce qu’il nomme une «continuité sensible». Notre expérience humaine (Humanité) compose avec les manifestations sensibles du vivant et du non-vivant,engageant ainsi toutes nos activités (le langage, la pensée ou toute autre activité engageant l’intellect). Il évoque l’urgence à considérer la relation fondamentale entre l’exercice de la vie sensible (expériences paysagères, tactiles,visuelles, sonores, compagnonnage animal) et le niveau de bien-être. Par le dernier chapitre Retrouvailles (sous-entendu avec la Terre) il nous invite à nous saisir du monde avec nos sens et non plus des discours essentiellement intellectualisés. Présentant tout au long de l’ouvrage le sensible comme précédant la raison et animant le monde, ilpromeut une écologie sensible du vivant pour tendre vers une résorption du dualisme nature-culture.

Continuer la lecture de « Découvrir “Pour une écologie du sensible” »