Découvrir “Écumes sphérologie plurielle”

Lecture présentée par Suzel Balez – 23 février 2021

Peter Sloterdijk, Écumes sphérologie plurielle -Sphères III, Hachette Littératures, 2006. 791 p.

Mots-clés :
explicitation et tonalités profondes ; îles atmosphériques ; hyper-conditionnement ; gâterie

Argument principal

Peter Sloterdijk présente « Écumes » le dernier volet de sa Trilogie des sphères, comme un projet global de « critique de la raison spatiale ». Il s’intéresse à l’atmosphère, à l’air respiré et au climat comme questions essentielles, non seulement pour la philosophie mais aussi pour la politique et l’esthétique.

L’introduction est intitulée « tremblement d’air » et est plus particulièrement consacrée au climat. Sloterdijk y montre comment des procédures atmoterroristes à partir de 1915 au gaz comme instrument génocidaire pendant la seconde guerre mondiale émergent la question du conditionnement de l’air (Air conditioning). Avant l’atmoterrorisme, la relation avec l’atmosphère était non questionnée, donnée et prévisible. L’être-dans-le-monde humain devient, à partir de là, un être-dans-l’air ou être-dans-le-respirable. « Sous l’égide de la menace » qui se renforce encore par la suite avec l’avènement nucléaire, l’air et plus globalement l’environnement deviennent des sujets de préoccupation.

Les 3 « chapitres » de l’ouvrage développent ensuite les thématiques :

  • de l’insulation (par exemple Sloterdijk présente la serre somme modèle de lieu conçu au nom du climat qui doit y régner)
  • de l’écume dans la conception architecturale et plus généralement dans l’appréhension du monde (comme métaphores et comme systèmes). – du confort (que Sloterdik nomme « gâterie » pour renvoyer à son caractère puéril.)
Continuer la lecture de « Découvrir “Écumes sphérologie plurielle” »

Découvrir “Les existences moindres”

Lecture présentée par Nicolas Tixier – 23 février 2021

Lapoujade, David. Les existences moindres. Paris : Les Éditions de Minuit, 2017.

Mots-clés :
Modes d’existence, existences moindres, témoin, avocat

Argument principal

Il est des livres qui vous aident à penser et à agir. L’ouvrage de David Lapoujade sur « Les existences moindres » est de ceux-là. Après Isabelle Stengers et Bruno Latour (2009), il revisite « Les différents modes d’existence » d’Etienne Sourriau (1943) au prisme à la fois du pragmatisme et de l’échappée vers la fiction.

Le voir et le dire renvoient pour partie à la figure du témoin et de l’avocat où, selon David Lapoujade, philosophe spécialiste du pragmatisme, « percevoir, ce n’est pas simplement appréhender le perçu, c’est vouloir témoigner ou attester de sa valeur. Le témoin n’est jamais neutre ou impartial. Lui incombe la responsabilité de faire voir ce qu’il a eu le privilège de voir, sentir ou penser. Le voilà qui devient créateur. De sujet percevant (voir), il devient sujet créateur (faire voir). Mais c’est parce que, derrière le témoin, se profile un autre personnage, celui de l’avocat. C’est lui qui fait comparaître, qui fait que toute création devient un plaidoyer en faveur des existences qu’elle fait apparaître, ou plutôt comparaître » (Lapoujade, 2017, p. 19). Outre de rendre-compte, cela engage potentiellement à plaider pour ces modes d’existence que David Lapoujade nomme moindres, car n’occupant pas toujours une place légitime au sein de nos sociétés contemporaines. Le voir, c’est parfois aussi juste l’apercevoir qui nécessite d’être attentif à ce qui se fabrique discrètement.  Le dire, c’est parfois aussi le difficilement énonçable, voire l’indicible par une parole que l’on rendrait publique, ou même par l’usage des mots tout simplement. Il faut être attentif, présent et trouver d’autres moyens pour rendre compte de cette part sensible ou trouver des dispositifs pour partager l’expérience.

Continuer la lecture de « Découvrir “Les existences moindres” »

Découvrir “L’appât des possibles : Reprise de Whitehead”

Lecture présentée par Jean-Paul Thibaud – 23 Février 2021

Debaise, Didier (2015). L’appât des possibles: reprise de Whitehead. Dijon : Les Presses du réel.

Mots-clés :
Bifurcation de la nature – Sentir – Manière d’être – Préhension – Perception – Évènement – Philosophie spéculative

Argument principal

Alfred Whitehead est un penseur anglais contemporain qui a développé une philosophe spéculative en affinité avec le pragmatisme de William James (Whitehead est un des penseurs de prédilection de Latour, Stengers, Deleuze, Haraway…). L’ouvrage de Didier Debaise propose une lecture synthétique de la philosophie de Whitehead. Celle-ci est présentée comme une des philosophies contemporaines les plus novatrices pour repenser la question de la nature. Une des idées centrales de Whitehead concerne ce qu’il appelle « la bifurcation de la nature », c’est à dire le geste moderne de séparation entre le physique et le psychique, la distinction entre qualités primaires (l’essence) et qualités secondaires (l’apparence) qui marque l’expérience moderne de la nature. Whitehead prend le contrepied de ce dualisme pour élaborer une philosophie de l’expérience particulièrement originale qui met l’accent sur l’événement et la relation. Pour Whitehead le monde n’est pas composé d’objets mais d’événements, d’entités actuelles, de sentirs, de préhensions. Debaise propose une lecture de Whitehead en insistant sur la notion centrale de sentir, celle-ci relevant d’un « maniérisme universel » conduisant à une conception renouvelée de la notion du sujet (pensée comme manière d’être et perspective sur le monde) et à une place fondamentale accordée à l’esthétique. Debaise s’appuie sur Whitehead pour explorer une pensée des mondes possibles.

Continuer la lecture de « Découvrir “L’appât des possibles : Reprise de Whitehead” »