Découvrir “La nécessité du paysage”

Lecture présente par Théa Manola – 25 mars 2021

Besse, Jean-Marc (2018). La nécessité du paysage. Marseille : Parenthèses. 122 p. Collection la nécessité du paysage.

Mots-clés :
Paysage – Écologie -Projet – Enseignement/Didactique

Argument principal

Dans cet ouvrage le paysage est abordé comme « une méthode, un foyer de questionnements sur les sociétés et leurs espaces, et un horizon de sens pour l’action et la pensée » (p. 112). L’auteur part de l’idée que notre époque est celle de la géographie (de par l’atterrissage nécessaire de toute pensée), et que le visage de cette géographie est le paysage. Dans ce cadre, des demandes et modes de vie (ou d’existence) « nouvelles » redéfinissant les rapports à la nature et à la ville existent + des pensées qui redéfinissent les métiers et pratiques de projet naissent. En cela le paysage, son projet et son enseignement évoluent et c’est sur ces 3 aspects que l’ouvrage s’attache : comment le paysage se défini (partie 1) ; comment on peut agir (avec le paysage) (partie 2) ; comment on peut enseigner le paysage ? (partie 3).

Continuer la lecture de « Découvrir “La nécessité du paysage” »

Découvrir “Materials against materiality”

Lecture présentée par Marc Higgin – 23 février 2021

Ingold, T. (2007). Materials against materiality. Archaeological Dialogues,14(1), 1-16.

Mots-clés :
materials; landscape; artefacts; perception; agency; flux

Argument principal

Ingold commence par une provocation : pourquoi, dans la littérature toujours croissante sur la matérialité de la vie sociale, semble-t-il n’y avoir presque rien à dire sur les matériaux eux-mêmes. L’argument qu’il poursuit est que le concept de matérialité cache un profond désintérêt et une indifférence pour le monde dans la façon dont il est réellement vécu par les gens du monde entier. Cette indifférence trouve ses racines dans une épistémologie représentationniste qui oppose un esprit – dans sa créativité et son action – à un monde matériel. Partant d’objets finis, ce qui intéresse ces théoriciens, c’est la forme vivante et sociale des artefacts, avec une matérialité reléguée à l’arrière-plan.Contre le monde matériel de la théorie sociale, il plaide pour un monde de matériaux, en utilisant la distinction de Gibsonentre milieu, substance et surface. Ce monde en mouvement, en devenir, est la condition de notre croissance en tant qu’êtres vivants (medium), et c’est un monde que nous formons et transformons activement dans nos pratiques d’habitation (substances et surtout surfaces comme zone de mélange entre substances). En bref, il soutient que nous devrions ignorer les ruminations abstraites des philosophes et des théoriciens pour nous engager dans les choses tangibles des artisans et des fabricants

Continuer la lecture de « Découvrir “Materials against materiality” »

Découvrir “Étreindre les arbres”

Lecture présentée par Céline Bonicco-Donato – 23 février 2021

Shiva Vandana (2016), « Etreindre les arbres » (extrait de Staying Alive: Women, écology and development (1989) Zed Books), in Emile Hache. Reclaim, Anthologie de textes écoféministes, Editions Cambourakis. P 186-187

Mots-clés :
Nature, écoféminisme, forêt, désobéissance civile

Intérêt pour la recherche Sensibilia

Différentes pistes de recherche:

  • Penser en partie la crise écologique comme la conséquence d’une ontologie dualiste. Il me semble que l’ontologie de la participation à laquelle elle en appelle peut être mise à l’épreuve à partir de l’expérience sensible: comment peut-on éprouver l’entremêlement de notre destinée à notre milieu? Comment l’expérience sensible peut-elle invalider l’ontologie dualiste avec laquelle nous pensons habituellement?
  • Montrer comment le langage exprime notre rapport au monde et peut traduire une sensibilité beaucoup plus grande à la terre.
  • Déployer un militantisme écologique sensible et non violent: comment peut-on affirmer de manière une inclusion, la participation à une même substance? Chipko exemplifie à fleur de peau, physiquement l’ontologie alternative qu’il faut déployer pour changer de paradigme.-Prendre au sérieux la fécondité épistémologique de «savoirs paysans»
Continuer la lecture de « Découvrir “Étreindre les arbres” »

Découvrir “Au bonheur des morts”

Lecture présentée par Pascaline Thiollière – 23 février 2021

Vinciane Despret, Au bonheur des morts: Récits de ceux qui restent, Les empêcheurs de penser en rond, La Découverte,Paris, 2015.

Mots-clés :
Inventivité des relations vivants-morts, agentivité des morts, penser par les effets, convoquer les morts, honorer et hériter

Argument principal

Avec ce livre, Vinciane Despret retrace une enquête au long court sur la relation entre les vivants et les morts en imbriquant une énigme issue de son histoire familiale, à des récits récoltés au fil de rencontres, des partages d’anecdotes et conseils de lectures ou d’expériences qui lui sont proposés, et qu’elle s’impose à suivre pendant un an. En pensant parles effets et par le milieu, elle tricote entre-elles les énigmes que fabriquent les récits. Se faisant, elle met un grand coup de pied dans une pensée de la mort comme néant et du deuil comme travail à effectuer (bandeau «Pour en finir avec le travail de deuil»). Les «récits de ceux qui restent» révèlent alors les «modes d’existence» des morts, les différentes manières qu’on les morts d’entrer dans la vie des vivants, et une grande inventivité dans la manière dont les relations vivants-morts s’instaurent et invite les vivants à faire acte d’héritage. Elle critique la psychologisation de la mort, comme d’autres approches qui tendent à cantonner la relation entre les vivants et les morts à une dimension immatérielle,métaphorique et symbolique (anthropologie de la mort, fantômes et spectres, hauntology). «Leur inconsistance traduit le symptôme du traitement très particulier que notre tradition réserve aux invisibles: ils se sont, comme le dit Tobie Nathan, «réfugiés dans une intériorité craintive» – l’inconscient collectif, la mémoire…» (p.93) et renvoient à une«existence par procuration». En s’appuyant sur la géographe Emilie Cameron, elle constate que le «spectral» des histoires «hantées» postcoloniales «en vient à effacer les corps et les voix de ceux qui continuent à vivre et à payer les conséquences des injustices passées» (p.95). Se souvenir est faire acte de création, fabriquer, recomposer (re-member),comme les hommages funéraires recomposent la vie du défunt, donnant à chacun d’autres versions le rendant plus épais,œuvrant à faire tenir ensemble les «histoires hétérogènes», le rendant plus présent dans son nouveau «mode d’existence». Les hommages intensifient la présence et sont vecteurs de vitalité. Recomposer comme acte de prolongement, par la parole, l’écriture, la traduction et l’activation de signes, de rêves, l’adoption des habitudes, des objets du morts, qui mènent à accomplir la vie du défunt. Elle enquête aussi sur le dispositif spirite comme dispositif thérapeutique, qui construit l’expérience de la présence (p.171) et qui permet de déléguer aux uns le soin des autres et réciproquement, en faisant passer des messages d’encouragement ou des conseils banals, bienveillants; les morts à travers le médium ne disent pas grand-chose mais activent, font faire.

Continuer la lecture de « Découvrir “Au bonheur des morts” »