Découvrir “Le grand orchestre des animaux”

Lecture présentée par Sébastien De Pertat – 31 mai 2021

KRAUSE Bernie (2012), Le grand orchestre des animaux. Célébrer la symphonie de la nature, Flammarion

Mots-clés :
Paysages sonores ; Écologie sonore ; Écoute ; Communauté acoustique

Argument principal

Bernie Krause est musicien, naturaliste et docteur en bioacoustique et a exercé une carrière de musicien jusqu’à ses 40 ans, avant de reprendre des études d’arts avec une spécialité en bioacoustique marine. Il a voyagé dans le monde entier pour enregistrer les milieux sonores d’habitats naturels peu transformés par les sociétés humaines urbaines et industrielles. Par son attention aux paysages sonores, il a voulu témoigner de la dégradation massive des écosystèmes induite par les activités humaines. Une exposition consacrée au travail de Bernie Krause, intitulée « Le grand orchestre des animaux », a été réalisée à l’initiative de la Fondation Cartier à Paris en 2016/2017.

L’argument principal de l’ouvrage – et qui a structuré une grande partie de ses recherches – est que les paysages sonores se présentent et sont structurés comme un tout cohérent et signifiant et qu’il est nécessaire de les appréhender dans cette globalité, plutôt que par une méthode réductionniste qui isole chaque partie (la vocalisation de tel animal, le chant de telle espèce). Il insiste sur le rôle important que jouent les particularités acoustiques d’un milieu sur la façon dont les organismes vivants le peuplent (p.38) et démontre l’importance des milieux sonores en tant que « collectivité acoustique » (p.100). Cette collectivité est organisée de telle sorte que chaque espèce se situe sur une niche acoustique précise, permettant à tout un chacun de se faire entendre, et aux différentes espèces de communiquer entre elles sans se gêner (ce que Vinciane Despret nomme « la règle de Krause »). De là est née l’hypothèse que « le comportement vocal collectif est peut-être plus pertinent pour la survie que les voix de chacun » (p.111). À partir des analyses par spectrogrammes, il commence à faire émerger des schémas, des motifs qui paraissent comme des structures musicales (p.97).

Continuer la lecture de « Découvrir “Le grand orchestre des animaux” »

Découvrir “Le champignon de la fin du monde “

Lecture présentée par Suzel Balez – 31 mai 2021

Anna TSING LOWENHAUPT, Le champignon de la fin du monde : sur la possibilité de vivre dans les ruines du capitalisme, Paris, 2017 (La Découverte, Les empêcheurs de penser en rond]. 418p.

Mots-clés :
Viabilité, enchevêtrements, agencements, aliénation, captation, scalabilité

Argument principal

Très prisés des Japonais, les matsutakes sont des champignons qui ne poussent plus au Japon. À travers leur(s) histoire(s), Anna Lowenhaupt-Tsing décrypte des entremêlements entre des mécanismes capitalistes (donc inter-humains) et des relations des humains à d’autres vivants non-humains. Si les matsutakes ne poussent plus au Japon c’est à la fois à cause de l’exode rural et parce que les Américains y ont importé leur propre conception de la gestion forestière. Si les matsutakes, fort chers, que les Japonais consomment aujourd’hui, viennent des forêts de l’Oregon en ayant transité par Toronto, c’est parce qu’il y a là-bas des forêts ravagées par l’exploitation du bois et laissées à l’abandon, où des travailleurs précaires, en marge du système, se rassemblent chaque soir en saison pour vendre leurs cueillettes à des grossistes qui les envoient au marché international de Toronto. Les chaînes d’approvisionnement mondiales sont donc au cœur des réflexions d’Anna Lowenhaupt-Tsing qui considère « qu’elles ont signé la fin des espoirs dans le progrès, compris comme la possibilité d’une amélioration collective » (p. 154). Elle montre comment ces chaînes se trouvent imbriquées dans ce qu’elle nomme des « agencements ouverts », « enchevêtrant différentes manières de vivre, chacun déployant à son tour une autre mosaïque de rythmes temporels et d’arcs spatiaux ». (p.35)

Continuer la lecture de « Découvrir “Le champignon de la fin du monde “ »

Découvrir “La vie des plantes”

Lecture présentée par Jean-Paul Thibaud – 15 avril 2021

Coccia, Emanuele (2016). La vie des plantes: une métaphysique du mélange. Paris : Payot & Rivages.

Mots-clés :
Plante – Atmosphère – Air – Mélange – Immersion – Souffle – Respiration – Cosmologie – Être-au-monde

Argument principal

Ce court essai philosophique se saisit de la vie des plantes pour élaborer une métaphysique très originale du mélange universel. Le texte à des accents aussi bien philosophiques que scientifiques et poétiques. Il a une capacité à voyager dans divers registres de pensée et d’expression à partir d’une très belle écriture. Il part de l’idée que la plante est la forme la plus paradigmatique de l’être-au-monde, mieux encore elle « fait monde » en rendant la vie possible (photosynthèse) et en produisant le milieu dans lequel elle vit (adhésion maximale à son environnement issue de son absence de mobilité). Un des arguments de base : « être-au-monde est une expérience d’immersion » (tout est dans tout selon Anaxagore). La plante donne ainsi matière 1) à une théorie de la feuille qui affirme que nous habitons l’atmosphère (plutôt que la terre) et qui pense l’immersion en terme de souffle (référence aux stoïciens), 2) à une théorie de la racine qui thématise le caractère hybride des milieux et articule l’enchevêtrement étroit entre l’air et la terre, 3) et à une théorie de la fleur qui s’ouvre à une cosmologie faite de métamorphose de soi, de mélange intégral et de devenir autre (la fleur se rapporte au sexe, « la forme suprême de la sensibilité »). Pensé à partir des plantes, ce paradigme de l’immersion permet de préciser l’idée de mélange : non pas comme juxtaposition ou composition de choses disparates, non pas comme fusion qui annihile la singularité des éléments, mais comme mélange où se partage un même souffle sans perdre l’identité de chaque corps ou substance. L’atmosphère est au centre de cet essai, avec le souffle qui lui est associé : « Le souffle c’est l’art du mélange, ce qui permet à tout objet de se mélanger au reste des choses, de s’y immerger. » (p. 72)

Continuer la lecture de « Découvrir “La vie des plantes” »