Découvrir “L’homme qui marche”

Lecture présentée par Laure Brayer – 15 janvier 2021

Taniguchi, Jirô. (2017 (1992)). L’homme qui marche. Tournai : Casterman, 196 p. Collection écritures.

Mots-clés :
Marche ; Écologie urbaine ; Récit initiatique ; Disponibilité ; Attention ; Rythme

Argument principal

L’homme qui marche est le premier album personnel du mangaka Jirô Taniguchi. Il est constitué de 19 chapitres témoignant de scénettes de la vie quotidienne d’un homme, qui, venant d’emménager, s’autorise par la marche à découvrir son nouvel environnement et, tous sens ouverts, à entrer en relation avec son milieu. Ainsi commence un récit initiatique marqué de philosophie zen, puisque l’homme accepte tout ce qui se présente à lui – sensations, émotions, rencontres, incidents – et l’accueille comme une invitation à cheminer dans un exercice de l’attention.

Cette initiation progressive repose sur 4 principaux éléments :

  • Une prédisposition : L’homme fait preuve d’un état d’esprit particulier (composé de curiosité, bienveillance et désir de découverte) nécessaire pour débuter sa quête.
  • La marche et l’étonnement comme méthode : C’est par la marche, qui met en mouvement et autorise des rencontres heuristiques que l’homme évolue : une marche en pleine conscience, attentive à la texture du sol, aux sensations, à l’effort du corps en mouvement au contact du monde, qui ne présage rien, ne recherche rien de précis, mais permet de s’immerger et de s’inscrire dans le milieu en s’ancrant dans l’ici et maintenant.
  • La capacité à répondre à des invitations lancées par ses émotions, ses sensations, ses intuitions : Ici l’induction prime et repose sur une attention envers ce qui est discret, tonal, non signifiant, envers une esthétique particulière et des variations d’ambiance considérées alors comme autant d’invitations à explorer plus loin.
  • Des rencontres et micro-événements comme sources d’enseignement : celles-ci peuvent être humaines, animales, mais aussi climatiques, et révèlent alors les potentiels atmosphériques de certains milieux. Cette manière de prendre au sérieux ces différentes rencontres et de suivre les traces qu’elles ouvrent, nous rappelle la philosophie du pistage proposée par Baptiste Morizot.
Continuer la lecture de « Découvrir “L’homme qui marche” »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search