Découvrir “Au bonheur des morts”

Lecture présentée par Pascaline Thiollière – 23 février 2021

Vinciane Despret, Au bonheur des morts: Récits de ceux qui restent, Les empêcheurs de penser en rond, La Découverte,Paris, 2015.

Mots-clés :
Inventivité des relations vivants-morts, agentivité des morts, penser par les effets, convoquer les morts, honorer et hériter

Argument principal

Avec ce livre, Vinciane Despret retrace une enquête au long court sur la relation entre les vivants et les morts en imbriquant une énigme issue de son histoire familiale, à des récits récoltés au fil de rencontres, des partages d’anecdotes et conseils de lectures ou d’expériences qui lui sont proposés, et qu’elle s’impose à suivre pendant un an. En pensant parles effets et par le milieu, elle tricote entre-elles les énigmes que fabriquent les récits. Se faisant, elle met un grand coup de pied dans une pensée de la mort comme néant et du deuil comme travail à effectuer (bandeau «Pour en finir avec le travail de deuil»). Les «récits de ceux qui restent» révèlent alors les «modes d’existence» des morts, les différentes manières qu’on les morts d’entrer dans la vie des vivants, et une grande inventivité dans la manière dont les relations vivants-morts s’instaurent et invite les vivants à faire acte d’héritage. Elle critique la psychologisation de la mort, comme d’autres approches qui tendent à cantonner la relation entre les vivants et les morts à une dimension immatérielle,métaphorique et symbolique (anthropologie de la mort, fantômes et spectres, hauntology). «Leur inconsistance traduit le symptôme du traitement très particulier que notre tradition réserve aux invisibles: ils se sont, comme le dit Tobie Nathan, «réfugiés dans une intériorité craintive» – l’inconscient collectif, la mémoire…» (p.93) et renvoient à une«existence par procuration». En s’appuyant sur la géographe Emilie Cameron, elle constate que le «spectral» des histoires «hantées» postcoloniales «en vient à effacer les corps et les voix de ceux qui continuent à vivre et à payer les conséquences des injustices passées» (p.95). Se souvenir est faire acte de création, fabriquer, recomposer (re-member),comme les hommages funéraires recomposent la vie du défunt, donnant à chacun d’autres versions le rendant plus épais,œuvrant à faire tenir ensemble les «histoires hétérogènes», le rendant plus présent dans son nouveau «mode d’existence». Les hommages intensifient la présence et sont vecteurs de vitalité. Recomposer comme acte de prolongement, par la parole, l’écriture, la traduction et l’activation de signes, de rêves, l’adoption des habitudes, des objets du morts, qui mènent à accomplir la vie du défunt. Elle enquête aussi sur le dispositif spirite comme dispositif thérapeutique, qui construit l’expérience de la présence (p.171) et qui permet de déléguer aux uns le soin des autres et réciproquement, en faisant passer des messages d’encouragement ou des conseils banals, bienveillants; les morts à travers le médium ne disent pas grand-chose mais activent, font faire.

Continuer la lecture de « Découvrir “Au bonheur des morts” »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search